Perspectives et enjeux de l’Union économique et monétaire

Publié le 19 juillet 2018


Le mercredi 11 juillet 2018, les entreprises conviées par le Forum Francophone des Affaires se retrouvent à la réunion organisée par le Groupe des ambassadeurs francophones et par l’Organisation Internationale de la Francophonie à Bruxelles sur le thème  :

Perspectives et enjeux de l’Union Économique et monétaire

À cette occasion, le Groupe des ambassadeurs francophones auprès de l’Union Européenne accueille Monsieur Pierre MOSCOVICI, Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière.

Pierre MOSCOVICI :
Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière (depuis 2014)
Ministre de l’Economie et des Finances, France (2012-2014)
Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes (1997-2002)


Programme : 

  • Introduction :
    • S.E Madame Luminita ODOBESCU, Représentante permanente roumaine auprès de l’Union européenne
    • S.E Monsieur Stéphane LOPEZ, Représentant permanent de l’OIF auprès de l’Union européenne
  • Intervention de Monsieur Pierre MOSCOVICI, Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière
  • Session des questions-réponses

Le processus d’intégration économique européen, mis en place il y a soixante ans, est à un tournant de son histoire. La crise économique et la crise de la dette souveraine, qui ont frappé l’Europe à partir de 2008, ont amené la Commission européenne à proposer, et les États membres à mettre en place, de nouveaux instruments communs, et ont ainsi conduit à des propositions de réforme dans les domaines fiscal et financier. Par exemple, en septembre 2012, un dispositif de gestion des crises financières de la zone euro, appelé désormais Mécanisme européen de stabilité (MES), a vu le jour.

L’objectif principal de la réglementation de l’Union économique et monétaire (UEM) est de compléter le marché unique européen en établissant une monnaie unique et en assurant une convergence de ses économies. Néanmoins les 28 États membres de l’UE ont jusqu’à présent mis en oeuvre l’accord sur l’UEM de façon variable. Dix-neuf des 28 États membres de l’Union ont adopté la monnaie unique formant ainsi la zone euro : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, Chypre, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovaquie et la Slovénie. Les sept autres États membres, qui ne font pas encore partie de la zone euro, mettent en oeuvre la réglementation de l’UEM à des degrés différents et coordonnent des domaines spécifiques de leurs politiques économiques et monétaires avec les 19 États de la zone euro.

Dans un tel contexte, les Européens sont plus que jamais préoccupés par la relance de l’activité économique et la réduction du chômage et des inégalités.