L’Organisation internationale de la Francophonie et le Forum Francophone des Affaires

Ensemble pour aider les opérateurs économiques à se préparer pour les Accords de Partenariat Economique (APE)

 

Extrait de l’allocution de Clément Duhaime, administrateur de l’OIF, le 5 octobre 2007, à l’occasion de la réunion des ministres de la CEMAC à Paris.

 

(…) L’organisation internationale de la Francophonie qui accompagne les pays francophones du Sud dans les négociations commerciales liées au Cycle de Doha et dans les négociations d’accords de partenariat économique (APE) entre les pays ACP et l’Union européenne, est consciente des difficultés réelles auxquelles les pays du Sud font face pour participer pleinement au système commercial multilatéral; pour mettre en oeuvre, dans les délais prévus, les droits et les obligations liés aux accords commerciaux internationaux ; et, pour profiter des bénéfices et avantages découlant de la libéralisation du commerce mondial. L’OIF mesure aussi l’enjeu et la délicatesse de ces négociations commerciales effectuées dans un contexte où la majorité des pays du Sud, peinent à mener de front les négociations du Cycle de Doha, dans le cadre de l’OMC et les négociations d’accord de partenariat économique avec l’Union européenne.

 

S’agissant plus particulièrement de ces Accords de partenariat économique entre les pays ACP et l’Union européenne, dont la signature est prévue le 31 décembre 2007, l’OIF plaide pour le maintien de ces APE, dans le contexte de l’Accord de Cotonou dont l’objectif est «de réduire la pauvreté en appuyant le développement durable et l’intégration progressive des pays ACP dans l’économie mondiale». Sur ce point, l’Organisation internationale de la Francophonie, salue les efforts déployés, jusqu’à date, par la CEMAC (qui est l’une des 6 régions qui négocient les APE avec l’Union européenne), en vue de respecter les échéanciers convenus. Nous nous réjouissons également du fait que les Ministres des pays membres de la CEMAC, directement concernés par les APE, aient réitéré le souhait de la CEMAC de conclure un APE dans les délais, lors de la réunion ministérielle tenue le 16 juillet 2007 à Yaoundé (Cameroun) avec l’Union européenne, représentée par les Commissaires Peter Mandelson et Louis Michel.

 

Comme souhaité par les Ministres de la CEMAC lors de cette réunion de Yaoundé, l’OIF est aussi d’avis qu’un APE qui convient pour la zone CEMAC, doit inclure le financement du développement des infrastructures régionales de base dont notamment les infrastructures de transport, de télécommunication et l’énergie ; la promotion de la compétitivité et la diversification de l’économie, le renforcement de l’intégration régionale, l’amélioration du climat d’affaires et la mise en place d’institutions APE. (…) Cette journée d’information et d’échanges sur les agendas des négociations internationales dans la zone CEMAC est, pour nous une occasion de se réjouir du partenariat qui existe entre l’OIF et les pays membres de la CEMAC, d’en faire le bilan et d’envisager les perspectives. Je voudrais vous assurer que, dans ses activités de facilitation, l’OIF poursuivra son action d’accompagnement de la CEMAC dans la négociation, la mise en oeuvre et l’appropriation d’un APE qui intègre les impératifs de la réforme fiscale, la compétitivité, l’intégration régionale, qui cherche à lier le commerce au développement ; et qui tient compte du rôle du secteur privé, car le vrai défi auquel les pays ACP feront face, le jour où les APE auront été signé, ce ne sera, certainement pas, celui de l’accès libre au marché, mais plutôt, la capacité de ces pays à se positionner sur ce marché, à commercer ; et à y apporter des produits compétitifs.

 

Revenant sur ce partenariat entre l’OIF et la CEMAC dans le domaine du commerce et des négociations commerciales, je tiens à saluer l’apport des autres partenaires qui interviennent dans ce même secteur d’activités que l’OIF. Il s’agit notamment de la Commission européenne, de l ’ O rganisation mondiale du commerce, du Secrétariat des pays ACP, du Secrétariat du Common-welth, de l’Unité de gestion de la Facilité TradeCom et du Forum Francophone des Affaires. Je voudrais les féliciter pour la recherche d’une synergie et d’une complémentarité qui caractérise nos actions ; et qui de ce fait, traduit en actes la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide à laquelle de nombreuses organisations internationales ont souscrit. Le programme de cette journée étant suffisamment chargé, je voudrais m’arrêter ici ; en vous réitérant la joie et le plaisir de l’OIF pour cette journée d’échanges et d’informations sur les agendas des négociations internationales dans la région de la CEMAC. Je suis d’avis que les échanges que aurez durant votre séjour à Paris, dont notamment les rencontres prévues aujourd’hui au Ministère français du commerce et de l’industrie, à l’Agence française de développement et avec certains o p é r ateurs économiques présents en Afrique centrale, permettront d’aller de l’avant, dans la matérialisation du lien entre le commerce et le développement. C’est sur cette note de confiance et d’espoir que je déclare ouverts les travaux de cette réunion.