Thierry BRUTMAN

 

Thierry Brutman est un analyste financier spécialiste du financement des stratégies d’entreprise et un économiste. Il dirige EDDA une société de recherche financière et de contrôle financier prévisionnel des entreprises.

 


Crise financière et nouveaux financements

L’instabilité financière des marchés ces dernières semaines est-elle du même type que lors des crises boursières précédentes ? Si certains points sont en effet communs, apparaissent aujourd’hui également de nouveaux risques affectant le lien entre économie réelle actuelle et avenir. Ces risques doivent susciter de nouveaux types de financements des entreprises.

Des marchés financiers qui dévissent, des épargnants ou investisseurs peu rassurés par les mouvements erratiques des indices ? Il est clair que ceux-ci sont le plus souvent annonciateurs de réajustements profonds des valeurs. Sommes-nous devant un nouveau 1987, un autre 1994 ou un remake de 2001 et 2007 ? Souvenons-nous, les deux premières dates ont vu des chutes du marché obligataire qui ont impacté le marché des actions. Il y a bien sûr un risque lié à l’inévitable remontée des taux d’intérêt, qui aura forcément un effet sur les marchés obligataires et générera mécaniquement des pertes, sans doute amorties par la politique monétaire des banques centrales.

Aujourd’hui, les indices boursiers sont au plus haut et, comme on le sait, ce sont les résultats futurs qui font la valeur des actions. Sommes-nous alors à l’aube d’un nouveau 2000, qui a vu l’écroulement des actions de la « nouvelle économie » ?  À l’époque, la plupart d’entre elles n’avaient pas de réalité économique. Cet emballement n’est heureusement plus de mise, même si certains titres ou certaines sociétés n’échapperont pas à une perte de valeur considérable. Mais à de tels niveaux d’indices, alors que le financement obligataire amènera mécaniquement les entreprises à augmenter leurs taux d’émission, il sera également plus difficile de trouver des investisseurs pour de nouvelles émissions sans proposer des conditions favorables au marché. Tous les facteurs seront alors réunis pour un décrochage. Il est vrai que les conditions économiques générales sont favorables sur tous les continents et que, répétons-le, ce sont les rendements futurs qui font les valeurs des actions d’aujourd’hui. Le maintien des cours sera donc permis si les investissements à réaliser dans l’économie réelle par les groupes cotés (et les autres) assurent le maintien, voire l’amélioration des performances futures.

Et nous touchons alors au nœud gordien : si les crises de 2000 et 2007 avaient pour fondements des valeurs trompeuses de sous-jacents, 2018 présente une configuration totalement différente : les nouvelles technologies et leurs fruits créent aujourd’hui des marchés rentables, et semblent donc propres à éviter une nouvelle crise. Ce n’est pas si simple, tant la transformation d’une entreprise classique en une entité intégrant les nouvelles technologies ou les nouvelles énergies dans une nouvelle politique industrielle et commerciale nécessite des investissements considérables. C’est ainsi que le manque de ressources ou le retard d’adaptation causent la marginalisation économique d’anciens géants. Le premier secteur touché est la grande distribution : on voit tous les jours comment les nouvelles technologies rapetissent des titans comme Walmart ou Carrefour face à Amazon, désormais actif dans la logistique réelle et la commercialisation en magasins…

L’industrie classique doit elle aussi se transformer pour éviter d’être un jour ravalée à la sous-traitance pour n’avoir pas su ou pu prendre le train, ou l’électron, à temps. Est-il inimaginable que Tesla fasse de Volkswagen, PSA ou Renault des sous-traitants ? N’oublions pas que Nike ne fait que concevoir ses modèles de chaussures de sport sans en produire aucun… Répondre à la demande et aux nouvelles formes de consommation – usage temporaire des automobiles, autopartage et orientation vers l’électrique, développement accéléré des énergies renouvelables et des technologies à hydrogène, développement et commercialisation accélérés de nouvelles molécules et médications à des prix abordables… – nécessite des investissements colossaux à même d’offrir rapidement économies d’échelle et rentabilité tout en amortissant les anciens modes de consommation ou de production. Pour se développer dans ces nouveaux secteurs, les groupes classiques doivent donc lever des fonds considérables, alors que le recours à la dette obligataire est limité au montant des fonds propres et que les taux d’intérêt sont en augmentation. Par ailleurs, les émissions sont plus difficiles quand le marché est au plus haut et que les actionnaires ne souhaitent pas forcément accompagner une transformation parfois jugée aventureuse. Or, si ces groupes ne s’engagent pas dans cette voie, ce sont leurs prévisions de résultats et donc leur valeur qui en pâtiront, laissant la place aux nouveaux entrants venus des sphères technologiques ou de pays facilitant l’accès aux financements. La marginalisation est au coin du bois…

Il existe pourtant des solutions techniques permettant aujourd’hui aux groupes historiques en transformation de valoriser leur savoir-faire, tout en partageant le risque et les performances de rentabilisation entre actionnaires anciens et nouveaux. Elles permettent aussi de financer sans limite la croissance – et donc l’emploi – si celle-ci est non spéculative et appuyée sur des fondamentaux tangibles. Elles permettent enfin de lever les fonds nécessaires aux nouveaux investissements à un moment où les marchés regorgent de liquidités, tout en augmentant les rendements des actions des entreprises disposant d’un savoir-faire reconnu. Cette potentialité de croissance élevée doit passer par une politique de financement adaptée de l’économie. Seuls de nouveaux sous-jacents financiers peuvent servir l’économie réelle en améliorant en même temps emploi et finances publiques. Ces nouveaux sous-jacents sont prêts.

Issu de travaux financiers indépendants avec le support d’entreprises comme Euronext et Alternext et avec l’accord de bourses comme celle de Luxembourg, un outil de partage de risques – appelé Merchant Tracker – permet, lorsqu’un projet est créateur de valeur mais nécessite de dépasser les ratios d’endettement, de lever les fonds nécessaires en vendant le risque directement au marché financier, tout en continuant à percevoir un rendement sur les marchés commerciaux, en une sorte de nue-propriété contractuelle. Le financement se fait donc sans dilution ni endettement.

L’entreprise est financée par le Merchant Tracker en s’appuyant sur la cession de son stock et du renouvellement adapté de celui-ci, moyennant un taux variable satisfaisant les intérêts des investisseurs et des entreprises cédantes. Tant que l’entreprise est en croissance ou que d’autres investissements lui sont nécessaires pour sa compétitivité future, elle n’a pas besoin de financer ses stocks ou l’usage de ses capacités de production (exemples : les places d’avion, les chambres d’hôtel, mais aussi la production électrique future d’un parc d’éoliennes, le taux d’usage d’un réseau informatique) qui lui sont rachetés par le Merchant Tracker. Il s’agit bien de quasi-fonds propres et non de dette consolidable au regard des normes comptables internationales. Quant au Merchant Tracker, il croît sur le « cluster », la filière économique de l’entreprise, financée avec d’autres opérations en amont ou en aval, créant une valeur future associée à un risque moindre. Ainsi, l’intelligence artificielle sur laquelle il s’appuie permet de financer la transformation nécessaire de groupes classiques ou de PME disposant d’un savoir-faire reconnu, en créant de la trésorerie à partir d’un marché commercial, donc de la valeur future, sans recourir à la spéculation financière. Mieux, la rentabilité des groupes qui partagent le risque avec le marché peut être plus élevée, ce qui protégera ce dernier contre une forte correction à la baisse, tout en préservant les actionnaires historiques. C’est finalement un moyen de financer rapidement et avec des moyens suffisants la transformation énergétique, la mise en place de nouvelles formes commerciales ou la recherche & développement, quelle que soit la taille de l’entreprise. Une voie d’avenir à la croisée des chemins.

 

Thierry Brutman
tbrutman@hostorg-effekt.com
Conseiller économique
Ancien chargé de cours « Gestion de portefeuilles », Université Paris 2- Assas
CEO EDDA Stock Borse-Hostorg (NLD Group). www.edda-stockborse.com
Le 18.02.2018, © tous droits réservés. Thierry Brutman