L’École d’été de la Francophonie célèbre la « Jeunesse et la diversité au service de la paix »

Publié le 3 août 2010

diversité en francophonie

Le chiffre de la semaine

100 : c’est le nombre de jeunes issus de la société civile de 40 États et gouvernements francophones qui vont participer à la 3e École d’été de la Francophonie, sur le thème "Jeunesse et diversité au service de la paix". L’École d’été de la Francophonie est organisée par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), en partenariat avec l’Organisation islamique pour l’Éducation, avec l’appui du Gouvernement tunisien, précise le site Les Jeux de la Francophonie.

L’événement

L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a lancé un appel à candidatures pour la cinquième édition du Prix de la Francophonie pour jeunes chercheurs. Ce Prix a pour objectif de reconnaître le mérite et la valeur d’un(e) chercheur(se) ayant acquis une reconnaissance scientifique et ayant réalisé une percée significative internationale, en particulier dans le cadre de la Francophonie. Les Prix sont ouverts dans les champs disciplinaires suivants : sciences, médecine, sciences humaines et sociales.

La personnalité de la semaine

Le comédien et metteur en scène Georges Wod est décédé à 74 ans à Paris. Fougueuse personnalité du théâtre romand, selon la Tribune de Genève, il s’est notamment illustré au Théâtre de Carouge dont il a été le directeur de 1981 à 2002. Sa filmographie comprend notamment "L’Escapade" de Michel Soutter, "Le Gitan" de José Giovanni, "Lumière" de Jeanne Moreau et "Le Shérif" d’Yves Boisset.

L’initiative francophone solidaire

L’Auberge francophone de Toronto a lancé un projet novateur pour aider les immigrants francophones à surmonter les barrières rencontrées face à leur intégration dans la communauté d’accueil, relaie le journal Le Métropolitain. "C’est un fait que tout immigrant à son arrivée au Canada connaît un choc culturel qu’il traîne toute sa vie, ce qui influence son comportement", raconte le coordonnateur de ce programme. "Que ce soit sur le plan de la famille, de l’emploi, des études et de la société, l’homme immigrant est souvent déçu, frustré et se sent inutile à son arrivée."