Danièle Kuss – EDITO TOURISME janvier 2020

Publié le 6 février 2020

 

Danièle KÜSS
Photo D.Küss jpg


Expert indépendant en Tourisme international après avoir été Chef du Pôle Développement international du Tourisme au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, Chargée des affaires internationales à la sous-Direction du Tourisme du Ministère de l’Economie et Secrétaire générale de la Conférence Permanente du Tourisme rural.


EDITO TOURISME   – JANVIER 2020

 

L’un des deux plus grands Salons internationaux du Tourisme, la FITUR, vient de fermer ses portes dimanche à Madrid, et, pour son quarantième anniversaire, il a enregistré un record historique de participation : plus de 255.000 visiteurs, 918 exposants, 11.000 entreprises et 7.625 journalistes, avec une participation internationale de 56 %, venant de 165 pays et régions.

Il faut surtout noter le nombre de participants professionnels : 150.000, soit une augmentation de 5,16 % par rapport à l’année dernière.

Il en est de même pour la présence sur les réseaux sociaux : 217.000 abonnés (followers) sur ses plateformes, et le mot-dièse (hashtag) dédié a été utilisé par 105 millions d’utilisateurs le seul jour de l’inauguration.

L’impact économique a été évalué à 333 millions d’euros. L’importance géo-politique peut être traduite par la présence de plus de 700 Ministres, Ambassadeurs et Présidents.

D’où l’intérêt de ses travaux.

 

Mais, comme tous les ans depuis 2007, la France était absente.

Et, pour information à titre de comparaison, nous sommes très loin des chiffres habituels des Salons français du Tourisme. TOP RESA qui réunit tous les ans à Paris l’ensemble de l’Industrie du Tourisme n’a reçu par exemple que 34.000 professionnels en 2018.

 

Les deux grandes innovations de ce Salon pouvant intéresser les acteurs économiques de la Francophonie sont :

 

– L’annonce de la création à Madrid, par l’Organisation mondiale du Tourisme des Nations unies (OMT), et avec le soutien du Gouvernement espagnol, d’un « Davos du Tourisme », dont le premier Forum se déroulera fin 2020 et qui « consolidera Madrid en tant que capitale mondiale du Tourisme » selon les termes de son Secrétaire général. Les pays[1] et les entreprises privées francophones membres de l’OMT devraient s’y intéresser dès maintenant afin de pouvoir y participer efficacement.

 

– L’inauguration de la Plateforme « FITUR MEET AFRICA », qui est destinée à promouvoir l’offre touristique du continent africain et à générer des alliances commerciales. 32 pays africains ont participé à ce lancement qui accroit la présence déjà importante de l’Afrique dans ce Salon et le nouveau rôle de plus en plus prééminent de l’Espagne dans ce Continent. Cette démarche a été initiée par INVESTOUR, le Forum espagnol des investisseurs et des entreprises touristiques en Afrique.

 

En marge de la FITUR, Le ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana, et le Secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, ont procédé à la signature officielle de la Convention en vue de l’organisation du prochain Forum mondial sur l’investissement touristique en Afrique, qui se tiendra à Abidjan du 20 au 22 février 2020.

 

Son objectif est de tenter de poursuivre au niveau du Continent la stratégie de mobilisation des Fonds adoptée par la Côte d’Ivoire en vue de financer son plan de développement touristique 2018/2025 « Sublime Côte d’Ivoire ». En effet, le Forum de Dubaï, en octobre dernier, lui a permis d’obtenir près de 5 milliards de dollars de promesses d’investissements directs étrangers dans le secteur du Tourisme. Une quinzaine de pays africains auraient manifesté leur intention d’y participer.

 

Ces initiatives sont d’autant plus importantes que L’OMT a annoncé les derniers chiffres du Tourisme dans le monde :  Pour la 10ème année consécutive le Tourisme mondial consolide sa croissance en 2019. On a enregistré 1,5 milliard d’arrivées de Touristes internationaux, soit une augmentation de 4% en 2019[2] . C’est aussi le taux attendu pour 2020.

 

Cette croissance confirme pour l’OMT le rôle moteur du Tourisme et sa résilience en tant que secteur économique malgré le contexte mondial. Certes la croissance s’est tassée par rapport aux taux de 2017 et de 2018 mais il faut noter qu’ils étaient exceptionnels et que cette croissance est tout de même restée supérieure à celle de l’économie mondiale.  

 

De plus, le Tourisme étant un secteur d’exportation de premier plan et un important pourvoyeur d’emplois, l’OMT considère que le moment est venu de lui faire « une place centrale dans les politiques de développement mondial ».

 

La 2ème Conférence internationale sur la Francophonie économique se tiendra du 2 au 4 mars à Rabat (Maroc), et elle aura pour thème central « L’entrepreneuriat et l’insertion professionnelle des jeunes et des femmes en Afrique francophone ». Le secteur du Tourisme étant le seul secteur économique qui permet l’entrée sur le marché du travail des jeunes et des femmes sans formation et avec une perspective d’ascenseur social, c’est une occasion à ne pas manquer.  

[1] Les pays qui sont à la fois membres de l’OIF et de l’OMT sont 71 : 46 membres de plein droit, 3 membres associés, et 22 observateurs.

[2] + 8% pour le Moyen-orient, + 5% pour l’Asie-Pacifique, + 4% pour l’Europe, + 2% pour les Amériques, et + 4% pour l’Afrique (dont + 9% pour l’Afrique du nord et + 1,5% pour l’Afrique subsaharienne)