3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Tendances économiques

Observatoire du tourisme francophone du 29 septembre 2011

Le tourisme dope le commerce électronique ! C’est l’un des enseignements rapportés par Les Echos cette semaine. La croissance du commerce électronique au premier semestre 2011, de 20%, a été tirée notamment par le tourisme électronique. L’étude portait sur l’analyse de l’activité de 40 sites représentatifs.

 

Le secteur de tourisme est mis à contribution pour permettre à l’Etat de réduire sa dette. Après avoir hésité, ce ne seront pas les parcs d’attractions mais l’hotellerie qui sera taxée, pour un supplément de 2%, rapport Pros-du-Tourisme. Les professionnels du secteur ont mis en garde contre le signal négatif envoyé, notamment sur le tourisme d’affaires.

 

Pour autant, tout n’est pas noir. Challenges rapporte ainsi que Paris a une nouvelle fois explosé tous les records en matière de tourisme. 3% de visiteurs supplémentaires sont attendus pour 2011, notamment grâce aux touristes en provenance des pays émergents. Les 6 premiers mois de l’année ont vu près de 3,8 millions de voyageurs visiter la capitale.

 

Du côté des destinations, Business Travel nous apprend que les touristes français ont eu le coup de cœur pour la République Tchèque, qui a enregistré une hausse de ses touristes en provenance de France de 23,3%, devenant ainsi le 6e pays source, loin derrière les Allemands (qui progressent moins). La crise économique et les mouvements politiques dans les destinations traditionnelles des Français les ont réorientés du côté de l’Europe Centrale.

 

En Côte d’Ivoire, les ambitions touristiques sont affichées avec force ! Connection ivoirienne précise que le gouvernement a commencé à revaloriser le pays comme destination touristique, avec un objectif affichés de 500 000 touristes d’ici 2015, alors que moins de 250 000 ont visité le pays en 2010. Plusieurs mesures doivent augmenter l’attractivité des sites : rénovation des établissements, réduction des tarifs aériens ou encore formation du personnel.

 

Non loin de là, le Mali fait pâle figure. Selon Slate Afrique, le pays « ne voit plus l’ombre d’un touriste », avec des estimations allant à 50% de visiteurs en moins et des pertes se chiffrant en dizaines de millions d’euros. La principale raison est connue, avec l’insécurité générée par l’activité d’AQMI. Les efforts du pays vont donc cibler principalement la sécurisation des sites et bassins touristiques.

 

Du côté du Cameroun, en revanche, on se réjouit que le pays ait été listé comme une « destination touristique approuvée » par la Chine. C’est un acte important, souligne 237 Online : pour voyager en groupe, les Chinois doivent suivre les destinations inscrites à cette liste, qui en Afrique ne compte « que » 3 autres pays (l’Egypte, le Kenya et l’Afrique du Sud). La Chine, qui compte 40 millions de touristes actuellement, devrait faire passer ce chiffre à 100 millions d’ici 2020.

 

En Afrique toujours, le Maroc mise aussi sur le tourisme, avec la création d’un fonds dédié, nous apprend le Figaro. Le Fonds marocain de développement touristique (FMDT) associe l’Etat et des entreprises avec une dotation initiale de près de 130 millions d’euros. D’ici dix ans, la dotation devrait dépasser les 900 millions d’euros.

 

De l’autre côté de l’Atlantique, les Québecois réfléchissent à l’éco-tourisme.NewsWire rapporte que cette population ne fait pas pour l’instant de tourisme écologique, mais qu’elle pourrait envisager de le faire en fonction des prix. Aux gestes simples (billet électronique, transport en commun), une incitation sur la tarification des éco-voyages permettrait peut-être de faire franchir le pas aux quelques 79% de Québecois se déclarant tentés par le concept.

Publications associées
Tendances économiques

Edito Tourisme

Djerba sera la capitale mondiale de la francophonie en novembre 2021, si le contexte sanitaire permet à la Tunisie d’accueillir le 18ème Sommet de la Francophonie sur le thème « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ». Sarra Maâouia a rappelé à cette occasion que l’espace francophone constitue un territoire de relations économiques et commerciales privilégiées, par son histoire et par sa langue.  C’est le moment de se souvenir que le français est la langue du Tourisme, et mon Edito de septembre 2017 sur ce thème est plus que jamais d’actualité. …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diasporas africaines, mobile money, quel avenir ? - Ares & Co

Ares_202001_AC_AfriqueTélécharger …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diaspora et Mobile Money : un vivier de croissance pour le continent africain - Ares & Co

Tant en France que dans les pays africains, il existe une prise de conscience bien réelle de l’importance de la diaspora et du rôle qu’elle peut jouer notamment comme accélérateur des économies du continent. Si toutes les générations diasporiques n’ont pas le même rapport à l’Afrique  – les anciennes générations se sentent « redevables », quand les nouvelles générations envisagent davantage l’Afrique comme une terre d’opportunité – une constante demeure : les transferts d’argent vont croissants. Même si l’essentiel des transferts réalisés vers l’Afrique sert encore à subvenir aux besoins des familles, les questions de développement économique local et de créations d’activités sont ouvertement discutées au sein des plus jeunes générations. …
En savoir plus, lire la suite