3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Tendances économiques

Observatoire du tourisme francophone du 3 juillet 2012

Promouvoir le tourisme alternatif en Tunisie

Alors que 7% du PIB tunisien provient du tourisme, Nawaat invite les lecteurs à réfléchir à l’opportunité du tourisme alternatif alors que le tourisme de masse est en stagnation depuis la révolution qui a renversé Ben Ali. L’Association pour la Promotion du Tourisme Alternatif en Tunisie (APTAT) tente ainsi de promouvoir une nouvelle manière de voyager. Pour Boubacker Besrour, volontaire au sein de l’ APTAT, le tourisme alternatif consiste plutôt en « des maisons d’hôte et des maisons de charme dans tout le pays, des lieux qui respectent la population locale et l’environnement ». L’association tente de mettre en valeur les produits et les traditions locales : " Il ne s’agit pas ici de travailler comme dans le tourisme de masse. Dans une maison d’hôte ce ne sont pas des clients, mais des invités. Il s’agit de mettre en valeur les traditions et le mode de vie des Tunisiens. On reçoit les invités presque comme des cousins. Ils mangent des produits naturels, préparés par la maîtresse de maison."

Un autre tourisme est possible !

Le Point explique que des tour-opérateurs d’un nouveau genre se développent en France et s’éloignent du modèle du voyage de masse. Pour Nathalie, directrice d’une agence spécialisée dans le voyage solidaire, il s’agit d’un acte militant : "Aller en dehors des circuits touristiques, aller vers les gens, c’est primordial pour une vraie découverte des pays. Éthiquement, cela me gêne profondément d’enrichir les gros groupes, et c’est désormais naturel pour moi d’impliquer les populations locales dans la découverte de leur pays par les touristes" L’article donne des conseils pour choisir son voyage : des sites comme EchoWay notamment peuvent aider à faire son choix et recommande de privilégier les petites structures, qui ont une communication plus transparente.

Agences : passer à l’ère du tourisme sur mesure

Tourmag revient sur l’évolution des agences de voyage dans la dernière décennie avec la montée en force d’Internet dans la relation avec les touristes. L’article explique que ceux qui s’en sortent le mieux ont sans doute compris depuis un certain temps que l’avenir passe par un outil technologique pointu. Néanmoins, la montée en puissance d’un tourisme sur mesure répondant aux besoins des voyageurs nécessite d’avoir recours à des solutions technologiques faisant appel à des bases de données : "l’avenir du sur-mesure est à la mise en réseau des atouts des différents acteurs", explique l’article.

Tourisme d’affaires : Paris, 2e meilleure ville européenne après Vienne

Tourmag rapporte que l’Association Internationale des Congrès et des Conventions (ICCA) a publié, le 16 mai 2012, son classement 2011 des meilleures villes pour le tourisme d’affaires en Europe. Vienne reste la principale destination du secteur pour la septième année consécutive, alors que Londres fait un bond en avant à l’approche des Jeux Olympiques. L’article explique qu’un congressiste dépense en moyenne de 150 à 200 euros par jour, nettement plus qu’un touriste de loisirs ce qui explique que certaines villes comme Toulouse et Nice se lancent dans des projets de centres d’exposition de taille suffisante pour concurrencer les grandes villes européennes déjà équipées, comme Barcelone.

Développer le tourisme culturel au Maroc

Selon le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, dont les propos sont repris par l’Economiste, 80% des touristes qui visitent le Maroc sont principalement intéressés par sa culture. Près de 8 millions viennent d’abord pour effectuer des circuits culturels, et seulement quelque 2 millions s’orientent vers le balnéaire. Sur les 1.500 ressources touristiques répertoriées par le ministère du Tourisme, seules 350 sont valorisées. Pour faire face à cet enjeu, la vision 2020 se fixe comme objectif de rattraper le retard pris sur la partie culture. Deux territoires à développer ont été identifiés : l’axe «Maroc Centre» (Fès, Meknès et Ifrane) et l’axe «Marrakech Atlantique», qui comprend le chef-lieu (Marrakech), Toubkal et Essaouira.

Plus de 1,8 million d’étrangers à Ho Chi Minh-Ville depuis janvier

Selon Vietnam+, Hô Chi Minh-Ville a accueilli depuis le début de l’année plus de 1,8 million de touristes étrangers, soit une hausse de 10% en glissement annuel. Selon le Service municipal de la Culture, du Sport et du Tourisme, les recettes de la ville provenant du tourisme entre janvier et juin ont progressé de 15%. Hô Chi Minh-Ville se concentre actuellement sur un programme de promotion touristique et la diversification des circuits de fleuves et rivières. Elle coopère en outre avec les villes et provinces à l’Est et à l’Ouest du Nam Bo pour développer le tourisme des vergers.

Publications associées
Tendances économiques

Edito Tourisme

Djerba sera la capitale mondiale de la francophonie en novembre 2021, si le contexte sanitaire permet à la Tunisie d’accueillir le 18ème Sommet de la Francophonie sur le thème « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ». Sarra Maâouia a rappelé à cette occasion que l’espace francophone constitue un territoire de relations économiques et commerciales privilégiées, par son histoire et par sa langue.  C’est le moment de se souvenir que le français est la langue du Tourisme, et mon Edito de septembre 2017 sur ce thème est plus que jamais d’actualité. …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diasporas africaines, mobile money, quel avenir ? - Ares & Co

Ares_202001_AC_AfriqueTélécharger …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diaspora et Mobile Money : un vivier de croissance pour le continent africain - Ares & Co

Tant en France que dans les pays africains, il existe une prise de conscience bien réelle de l’importance de la diaspora et du rôle qu’elle peut jouer notamment comme accélérateur des économies du continent. Si toutes les générations diasporiques n’ont pas le même rapport à l’Afrique  – les anciennes générations se sentent « redevables », quand les nouvelles générations envisagent davantage l’Afrique comme une terre d’opportunité – une constante demeure : les transferts d’argent vont croissants. Même si l’essentiel des transferts réalisés vers l’Afrique sert encore à subvenir aux besoins des familles, les questions de développement économique local et de créations d’activités sont ouvertement discutées au sein des plus jeunes générations. …
En savoir plus, lire la suite