3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Tendances économiques

Les grands absents

Le 1er Janvier 2018, le nouveau Secrétaire général de l’OMT (L’Organisation Mondiale du Tourisme des Nations unies) vient de prendre ses fonctions. Il s’agit de Zurab Pololikashvili (géorgien). Il a été désigné pour quatre ans, le 14 septembre 2017, à Chengdu en Chine, lors de la vingt-deuxième Assemblée générale. Il a été notamment Ministre du développement économique, Ministre-adjoint des Affaires étrangères et Ambassadeur en Espagne, au Maroc, en Algérie et en Andorre. Il parle plusieurs langues dont le français. Il succède à Taleb Rifaï (Jordanien) qui a dirigé remarquablement l’OMT pendant 8 ans, après avoir été réélu à l’unanimité des pays membres pour son deuxième mandat.

C’est l’occasion de faire un point sur cette institution internationale et de se demander quelle y est la place de la Francophonie.

L’OMT regroupe 163 pays et territoires et environ 500  membres affiliés représentant le secteur privé, des établissements d’enseignement, des associations et des autorités touristiques locales. Son siège est à Madrid. L’OMT existe depuis 1975 et est une institution spécialisée des Nations Unies depuis 2002. Elle est la principale organisation internationale dans son domaine de compétence et travaille désormais en liaison étroite avec la Commission européenne, l’OCDE, le PNUE et l’UNESCO. Ses langues officielles sont l’anglais, l’arabe, l’espagnol, le français, le russe, et bientôt le chinois.

L’OMT fait progresser la réflexion commune sur le Tourisme. Elle contribue à l’enrichissement et au partage des informations statistiques, des analyses prospectives et des échanges de bonnes pratiques. Elle produit des études de très grande qualité  et réunit plusieurs fois par an les principaux décideurs, publics et privés du secteur.

L’OMT a su aussi mobiliser ses membres pour faire prendre conscience au niveau mondial de l’importance économique du Tourisme et le faire inscrire dans les agendas globaux. Notamment dans le cadre des T20, réunions informelles, depuis 2010, des ministres du Tourisme des pays du G20. Dès juin 2012, grâce au lobbying de l’OMT  et du gouvernement mexicain, le Tourisme a enfin été cité pour la première fois dans une déclaration finale du G20. L’Assemblée générale des Nations Unies a ensuite approuvé de proclamer 2017 « Année internationale du Tourisme durable pour le Développement ».

L’OMT joue un rôle central en particulier dans la promotion du développement du Tourisme responsable, durable et accessible à tous, en veillant tout particulièrement aux intérêts des pays en développement. Elle s’est engagée pour que soient atteints les objectifs du Millénaire des Nations-Unies pour le développement, conçus pour faire reculer la pauvreté. Le Comité d’aide au Développement de l’OCDE, qui réunit trente des principaux pays donateurs, a ajouté l’OMT à la liste des Organisations internationales éligibles à l’AOD en août 2017. L’Assemblée générale de septembre 2017 a par ailleurs converti le Code mondial d’éthique du tourisme en une Convention internationale. C’est une étape historique qui va permettre de garantir que l’expansion du tourisme se fera dans le plus grand respect du développement durable, des problèmes sociaux, de l’épanouissement des communautés locales et d’une meilleure compréhension entre les cultures sans négliger les aspects économiques.

Mais la voix de la Francophonie est absente : La moitié des pays Membres de la Commission pour l’Afrique sont francophones mais le Président et les deux Vice-Présidents sont anglophones. Sa prochaine réunion annuelle aura lieu en juin 2018 au Nigéria.

Plus de 90 % des Membres affiliés sont hispanophones ou anglophones, donc la présidence, les deux vice-présidences et les onze membres du Bureau également. Le seul Forum international consacré aux opportunités d’investissements et d’affaires pour l’Afrique dans le secteur du Tourisme, INVESTOUR, va être organisé par l’Espagne, pour la huitième année consécutive, le 18 janvier 2018, dans le cadre de la FITUR, le plus grand Salon international du Tourisme qui accueille tous les ans plus de 200 000 visiteurs, dont la moitié sont des professionnels, et plus de 150 Ministres du Tourisme…

Pourtant l’OMT prévoit que les arrivées de touristes internationaux en Afrique vont passer de 58 millions à 134 millions d’ici à 2030. Le mois de janvier est celui des vœux et des bonnes résolutions. Souhaitons que le Tourisme francophone prenne conscience qu’il peut lui aussi exister pour bénéficier de cette croissance exceptionnelle avant qu’il ne soit trop tard.

À propos de l'auteur

Articles

Expert indépendant en Tourisme international après avoir été Chef du Pôle Développement international du Tourisme au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, Chargée des affaires internationales à la sous-Direction du Tourisme du Ministère de l’Economie et Secrétaire générale de la Conférence Permanente du Tourisme rural.
Publications associées
Tendances économiques

Edito Tourisme

Djerba sera la capitale mondiale de la francophonie en novembre 2021, si le contexte sanitaire permet à la Tunisie d’accueillir le 18ème Sommet de la Francophonie sur le thème « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ». Sarra Maâouia a rappelé à cette occasion que l’espace francophone constitue un territoire de relations économiques et commerciales privilégiées, par son histoire et par sa langue.  C’est le moment de se souvenir que le français est la langue du Tourisme, et mon Edito de septembre 2017 sur ce thème est plus que jamais d’actualité. …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diasporas africaines, mobile money, quel avenir ? - Ares & Co

Ares_202001_AC_AfriqueTélécharger …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diaspora et Mobile Money : un vivier de croissance pour le continent africain - Ares & Co

Tant en France que dans les pays africains, il existe une prise de conscience bien réelle de l’importance de la diaspora et du rôle qu’elle peut jouer notamment comme accélérateur des économies du continent. Si toutes les générations diasporiques n’ont pas le même rapport à l’Afrique  – les anciennes générations se sentent « redevables », quand les nouvelles générations envisagent davantage l’Afrique comme une terre d’opportunité – une constante demeure : les transferts d’argent vont croissants. Même si l’essentiel des transferts réalisés vers l’Afrique sert encore à subvenir aux besoins des familles, les questions de développement économique local et de créations d’activités sont ouvertement discutées au sein des plus jeunes générations. …
En savoir plus, lire la suite