3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Tendances économiques

Une nouvelle étape pour l’OMT pour l’Afrique

Lors de l’ITB de Berlin, l’un des deux plus grands Salons internationaux du Tourisme, le 8 mars, les Ministres africains ont donné une nouvelle impulsion au programme d’action de l’OMT pour l’Afrique pour les quatre prochaines années. Le document final sera adopté lors de la réunion de sa Commission Afrique du 4 au 6 Juin prochain à Abuja au Nigeria.

Ce fut l’occasion de rappeler que les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 8% en Afrique en 2017, pour la deuxième année consécutive, donc à un rythme supérieur à la moyenne mondiale. Ce chiffre est d’autant plus important que, du fait de sa transversalité, le Tourisme est un levier précieux de développement, global et intégré pour tous ses territoires. A condition bien sûr d’être géré dès le départ sur un mode durable du point de vue économique, social et environnemental.

Les participants venus de 17 pays (dont 14 ministres) se sont mis d’accord sur une méthode et un programme d’action dont les principaux points sont notamment la connectivité, la réduction de la pauvreté, l’éducation, le renforcement des compétences, les changements climatiques, la biodiversité et les financements. Ils se sont engagés à sensibiliser l’ensemble des acteurs économiques de leurs pays à l’ampleur de l’impact de ce secteur sur les autres « afin d’élever le Tourisme au rang de priorité d’action nationale ». Une nouvelle réflexion a également été engagée sur ce que pourrait être la « Marque Afrique ».

Déjà à Madrid, le 18 janvier, lors de la FITUR, l’autre grand Salon international du Tourisme, INVESTOUR avait réuni près de 30 Ministres africains du Tourisme dans un Forum unique au monde sur les investissements et les opportunités d’affaires en Afrique dans le secteur du Tourisme. Il est organisé tous les ans depuis 9 ans par l’OMT, Casa Africa et la FITUR et structuré autour de deux tables rondes et des rencontres interentreprises.

Cette année, 42 projets ont été présentés. Les acteurs publics et privés espagnols étaient très nombreux. La Chine était également très présente grâce à son nouveau programme « OMT/Chimelong » sur la conservation de la vie sauvage et le Tourisme.

Ces opportunités d’affaires concernaient 15 pays dont 10 francophones, mais les Français étaient absents, comme tous les ans.

Cependant il n’est jamais trop tard : La liste des projets peut être consultée sur le Site d’INVESTOUR 2018 à la rubrique « Catalogue of projects ».

Et il y aura un dixième forum dans la prochaine FITUR de Janvier 2019.

Il suffira de s’inscrire.

À propos de l'auteur

Articles

Expert indépendant en Tourisme international après avoir été Chef du Pôle Développement international du Tourisme au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, Chargée des affaires internationales à la sous-Direction du Tourisme du Ministère de l’Economie et Secrétaire générale de la Conférence Permanente du Tourisme rural.
Publications associées
Tendances économiques

Edito Tourisme

Djerba sera la capitale mondiale de la francophonie en novembre 2021, si le contexte sanitaire permet à la Tunisie d’accueillir le 18ème Sommet de la Francophonie sur le thème « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ». Sarra Maâouia a rappelé à cette occasion que l’espace francophone constitue un territoire de relations économiques et commerciales privilégiées, par son histoire et par sa langue.  C’est le moment de se souvenir que le français est la langue du Tourisme, et mon Edito de septembre 2017 sur ce thème est plus que jamais d’actualité. …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diasporas africaines, mobile money, quel avenir ? - Ares & Co

Ares_202001_AC_AfriqueTélécharger …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diaspora et Mobile Money : un vivier de croissance pour le continent africain - Ares & Co

Tant en France que dans les pays africains, il existe une prise de conscience bien réelle de l’importance de la diaspora et du rôle qu’elle peut jouer notamment comme accélérateur des économies du continent. Si toutes les générations diasporiques n’ont pas le même rapport à l’Afrique  – les anciennes générations se sentent « redevables », quand les nouvelles générations envisagent davantage l’Afrique comme une terre d’opportunité – une constante demeure : les transferts d’argent vont croissants. Même si l’essentiel des transferts réalisés vers l’Afrique sert encore à subvenir aux besoins des familles, les questions de développement économique local et de créations d’activités sont ouvertement discutées au sein des plus jeunes générations. …
En savoir plus, lire la suite