3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Tendances économiques

Tourisme – un secteur en croissance

Les arrivées de Touristes internationaux ont augmenté de 6% en 2018 pour atteindre le chiffre de 1,4 milliards soit deux ans plus tôt que ne le prévoyait l’OMT (Organisation mondiale du Tourisme des Nations unies). Les exportations du Tourisme international ont atteint 1 700 milliards d’USD et pour la septième année consécutive la croissance des exportations du Tourisme (4%) a dépassé celle des exportations de marchandises (3%).

L’Afrique et l’Asie-Pacifique ont été en tête de cette croissance des arrivées avec une hausse de 7 %. Au cours des vingt dernières années la croissance des arrivées de touristes internationaux et des recettes touristiques avait été d’environ 6% par an. Et au cours de la prochaine décennie, les experts de l’OMT estiment que la poursuite prévue de l’essor du Tourisme devrait générer 11,7 millions d’emplois supplémentaires en Afrique.

D’où l’importance de la présentation aux Membres de la Commission de l’OMT pour l’Afrique, par son Secrétaire général, du Rapport sur la mise en œuvre du « Programme d´action de l´OMT pour l’Afrique 2030 – Tourisme et croissance inclusive ».

L’un des objectifs très important de ce Programme concerne l’autonomisation des jeunes et des femmes par le Tourisme, en phase avec l’objectif 3 des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations unies (OMD) : « Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ».

C’est le seul secteur économique qui permet l’entrée sur le marché du travail des femmes et des jeunes sans formation, premier pas vers leur émancipation, un espoir d’ascenseur social et la fin des stéréotypes. C’est donc beaucoup plus qu’un enjeu économique.

Le 10 septembre, lors de la Commission de l’OMT pour l’Afrique, son Président, le Ministre du Tourisme et de la vie sauvage du Kenya, a invité tous les États membres à participer au premier « Congrès régional sur l’autonomisation des femmes dans le secteur touristique – focus sur l’Afrique », qui aura lieu à Accra, du 25 au 27 novembre 2019, à l’invitation du gouvernement de la République du Ghana.

L’Organisation internationale de la Francophonie avait souhaité que cette grande cause mondiale soit en haut de l’agenda des pays francophones lors des débats et des négociations nationales et internationales. Les États et les acteurs publics et privés francophones membres de l’OMT, et ils sont nombreux, ont l’occasion de donner l’exemple à l’occasion de ce Congrès.

À propos de l'auteur

Articles

Expert indépendant en Tourisme international après avoir été Chef du Pôle Développement international du Tourisme au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, Chargée des affaires internationales à la sous-Direction du Tourisme du Ministère de l’Economie et Secrétaire générale de la Conférence Permanente du Tourisme rural.
Publications associées
Tendances économiques

Edito Tourisme

Djerba sera la capitale mondiale de la francophonie en novembre 2021, si le contexte sanitaire permet à la Tunisie d’accueillir le 18ème Sommet de la Francophonie sur le thème « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ». Sarra Maâouia a rappelé à cette occasion que l’espace francophone constitue un territoire de relations économiques et commerciales privilégiées, par son histoire et par sa langue.  C’est le moment de se souvenir que le français est la langue du Tourisme, et mon Edito de septembre 2017 sur ce thème est plus que jamais d’actualité. …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diasporas africaines, mobile money, quel avenir ? - Ares & Co

Ares_202001_AC_AfriqueTélécharger …
En savoir plus, lire la suite
Tendances économiques

Diaspora et Mobile Money : un vivier de croissance pour le continent africain - Ares & Co

Tant en France que dans les pays africains, il existe une prise de conscience bien réelle de l’importance de la diaspora et du rôle qu’elle peut jouer notamment comme accélérateur des économies du continent. Si toutes les générations diasporiques n’ont pas le même rapport à l’Afrique  – les anciennes générations se sentent « redevables », quand les nouvelles générations envisagent davantage l’Afrique comme une terre d’opportunité – une constante demeure : les transferts d’argent vont croissants. Même si l’essentiel des transferts réalisés vers l’Afrique sert encore à subvenir aux besoins des familles, les questions de développement économique local et de créations d’activités sont ouvertement discutées au sein des plus jeunes générations. …
En savoir plus, lire la suite