3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

Est-ce bientôt la fin du « roi dollar » ?

Régulièrement depuis une trentaine d’années, la rumeur se répand comme une tâche d’huile : l’époque du « roi dollar » est révolue. A chaque fois, c’est la même rengaine : plombés par des déficits abyssaux, affaiblis par les crises économiques successives, les Etats-Unis n’ont plus le choix et vont devoir abandonner le dollar étalon. Pourtant, à chaque fois, tel le Phénix, le billet vert renaît de ses cendres et ne laisse aucune chance à ses soi-disant concurrents potentiels.

Cette chronique d’une mort annoncée qui n’a finalement pas lieu commence avec la guerre du Vietnam. A l’époque, le dollar constitue « l’étalon-or » du Système Monétaire International (SMI) dans la mesure où il est complètement convertible en or. Seulement voilà, la « planche à billets » a été utilisée à plein si bien que la quantité de dollars en circulation à travers le monde dépasse largement la valeur du stock d’or de la Réserve fédérale américaine. Coupant l’herbe sous le pied à toutes les spéculations, l’Oncle Sam va décider de la fin de la complète convertibilité du dollar en or. En pleine guerre froide et étant toujours étroitement liés à la puissance économique, politique et militaire des Etats-Unis, l’Europe et le Japon sont obligés d’accepter. Ce qui permettra au secrétaire d’Etat au Trésor américain de l’époque, John Connelly, de lancer sa fameuse sentence : « le dollar c’est notre monnaie et votre problème ».

Une quinzaine d’années plus tard, bis repetita. Entre temps, deux chocs pétroliers, une phase de stagflation et l’aggravation des déficits américains ont fait naître les mêmes craintes : les jours de l’étalon dollar sont comptés. Et ce d’autant qu’à la différence de 1971, il existe désormais un concurrent sérieux aux Etats-Unis et au dollar, à savoir le Japon et le yen. Sûrs d’eux, les Japonais, n’hésitent pas à apprécier fortement leur devise, commettant une erreur fondamentale qui les plongera dans une crise de déflation sans précédent. A l’inverse, modernisés par l’ère Reagan, les Etats-Unis connaîtront une phase historiquement longue de croissance soutenue à partir de la fin 1991 et renforceront l’hégémonie du dollar.

Seule ombre au tableau dans le ciel azur du billet vert : la création de l’euro en 1999. Certains, votre serviteur y compris, se mettent alors à rêver : et si la monnaie unique européenne était enfin la devise capable de concurrencer le dollar ? Les Américains en sont conscients et se lancent dans un mouvement massif d’appréciation, qui portera le billet vert autour des 0,83 pour un euro de la fin 2000 au début 2003. La place du dollar dans les transactions mondiales et dans les réserves de changes internationales s’en trouve confortée, respectivement 50 % et 70 %, niveaux qui perdurent encore aujourd’hui.

La vie des marchés étant un éternel recommencement, la spéculation autour de la fin de l’hégémonie du dollar va reprendre de plus belle lors de la crise de 2008-2009. Mais, comme d’habitude, il n’en a rien été. Enfin, plus dernièrement, les rumeurs récurrentes de destitution de Donald Trump ont réactivé la menace. Mais, une fois encore, il n’en sera rien.

En effet, il n’existe toujours pas de concurrent sérieux au dollar. Certes, le yuan en a potentiellement les moyens, mais les Chinois ne sont pas encore prêts, tant économiquement que financièrement. Ils n’y ont d’ailleurs pour le moment aucun intérêt, car un yuan trop cher pourrait casser leur croissance à l’instar du yen surévalué pour le Japon il y a vingt-cinq ans. En outre, avec 3 090 milliards de dollars de réserves de changes et des bons du Trésor américains en quantité pléthorique, une trop forte baisse du dollar serait une catastrophe pour la valorisation des actifs chinois libellés en dollar. Autrement dit, en dépit d’une opposition de façade, les Américains et les Chinois feront tout pour que rien ne change.

En conclusion, personne n’a aujourd’hui intérêt à la fin du rôle central mais aussi stabilisateur du dollar au sein du SMI. Car lorsque cela se produira, la planète connaîtra une crise bien plus grave et durable que celle que nous avons connue en 2008-2009. Alors, de grâce, chaque crise en son temps, si possible avec un intervalle d’au moins quinze ans, histoire de souffler un peu…

À propos de l'auteur

Articles

Marc Touati est Président Fondateur du cabinet ACDEFI. Depuis 2009, Marc Touati est également un écrivain à succès, avec cinq best-sellers, dont le dernier, sorti en septembre 2016, « La fin d’un monde » (Editions Hugo&Cie). Depuis 2007, il est aussi expert APM (Association Progrès du Management) et dispense ainsi des conférences pour les chefs d’entreprise adhérents à l’APM en France et dans le monde. Depuis 2001, il est maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et dispense des enseignements dans plusieurs Universités et Grandes Ecoles. De juin 1997 à janvier 2007, il a été directeur de la recherche.
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ». La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union. Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges,  …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite