3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

2018 : croissances en soldes…

Comme chaque mois de juillet, nous venons d’affiner nos prévisions économiques pour l’année en cours Et, malheureusement, ces dernières sont à l’image des étiquettes des magasins hexagonaux depuis quelques jours : en soldes.

Certes, la croissance mondiale devrait rester appréciable et avoisiner les 3,2 % en 2018. Néanmoins, si ce niveau semblait être un plancher peu probable il y a encore quelques semaines, il apparaît désormais comme un plafond. Un tel résultat serait donc notablement inférieur aux 3,8 % de 2017, mais aussi au niveau annuel moyen enregistré entre 1980 et 2017, à savoir 3,5 %. Il confirmerait donc qu’après le rebond de l’an passé, l’heure est dorénavant au net ralentissement. Autre problème : après une phase de convergence en 2016-2017, l’évolution du PIB mondial redeviendrait particulièrement disparate, avec des pays émergents toujours en tête, mais avec de fortes amplitudes, des Etats-Unis résistants et une zone euro de nouveau à la traîne.

Comme cela s’observe depuis 2008, le monde dit « émergent » devrait donc continuer de dominer la planète économique en affichant des performances certes ralenties, mais toujours très appréciables. Comme d’habitude, la Chine donnera le « la » et engagera une décélération volontaire, afin d’éviter la surchauffe. En effet, grâce à un yuan régulièrement apprécié (+ 10 % entre le début 2017 et avril 2018, certes suivi d’une dépréciation de 4 % depuis) et à un taux d’intérêt directeur de la Banque Centrale de 4,35 % depuis octobre 2015, la croissance chinoise devrait se stabiliser autour des 6,5 % en 2018, contre 6,9 % en 2017 et une moyenne annuelle de 8,7 % depuis 1995. Ce résultat constituerait même un plus bas depuis 1990. Ce « soft landing » permettra notamment de contenir l’inflation chinoise et de réduire la demande de matières premières, limitant par là même les cours de ces dernières. Ces deux évolutions se traduiront par un apaisement des tensions inflationnistes à travers le monde, pérennisant ainsi une progression du PIB international autour des 3 % sans dérapage inflationniste.

Parallèlement, la croissance annuelle moyenne du PIB indien devrait avoisiner les 6,2 % en 2018, contre 6,3 % en 2017 et 7,8 % en 2015 et 2016. Rien de dramatique, mais la décélération prolongée de la deuxième locomotive de la croissance mondiale (après la Chine) aura forcément des conséquences notables sur l’activité de la région et de la planète. Une situation analogue s’observera au Brésil. Avec une croissance d’environ 1 %, soit un niveau identique à celui de 2017, mais avec un net ralentissement par rapport au glissement annuel de 2,2 % du quatrième trimestre 2017.

Du côté des pays développés, les différences de performances seront également de taille. En fait, seul un pays devrait connaître une augmentation de sa croissance annuelle en 2018, en l’occurrence les Etats-Unis, avec un résultat de 2,5 %, contre 2,3 % l’an passé.

A l’inverse, la croissance japonaise devrait passer de 1,7 % en 2017 à 1 % cette année. De même, après avoir rebondi à 2,6 % en 2017, la croissance de la zone euro devrait repartir en nette baisse en 2018, avec une « performance » d’au mieux 1,9 %. Et ce, d’autant que les crises politiques et sociétales dans la plupart des membres de l’UEM risquent de s’intensifier, engendrant une véritable crise de confiance quant à la capacité de la zone euro à se renforcer voire à perdurer en l’état.

De telles craintes ne manqueront évidemment pas de « titiller » les taux d’intérêt des obligations d’Etat à la hausse, notamment dans les pays du Sud mais aussi en France. Celui des obligations du Trésor français à dix ans pourrait ainsi avoisiner les 1,5 % d’ici l’automne prochain. Une telle tension se traduira notamment par une baisse de 5 à 10 % des prix des logements anciens et par un fort ralentissement de l’investissement des entreprises. Le taux de chômage se stabilisera aux alentours des 9,2 %, limitant les dépenses de consommation déjà bien affaiblies. Dans ces conditions, après avoir atteint 2,3 % en 2017, la croissance hexagonale se repliera vers les 1,5 % en 2018.

A l’échelle de la zone euro, des « performances » similaires seraient obtenues. Certes, l’Allemagne conserverait son leadership, mais elle ralentirait également, réalisant une croissance de 1,9 % l’an prochain, après 2,5 % en 2017. Quant aux autres pays de la zone, tout dépendra de l’étendue de l’instabilité politique et de l’ampleur de réactivation de la crise de la dette publique. Pour autant, même en supposant un apaisement de ces dangers et en faisant l’hypothèse d’un repli de l’euro sous les 1,15 dollar, la croissance ralentira nettement dans tous les pays du Sud de l’Europe.

Ainsi, après un rebond de 1,6 % en 2017, le PIB italien ne progresserait que de 1 % en 2018. Quant à la croissance du PIB espagnol, elle continuerait son ralentissement entamé depuis le sommet de 3,4 % enregistré en 2015, puisqu’après avoir atteint 3,3 % en 2016, puis 3,1 % en 2017, elle devrait retomber à 2,6 % cette année. Une performance à peine supérieure à celle du voisin portugais, dont la croissance devrait reculer à 2 %, contre 2,7 % l’an passé. Quant à la Grèce, elle restera convalescente, avec une croissance équivalente à celle de 2017, autour de 1,3 %.

En d’autres termes, comme en 2017, l’économie eurolandaise restera relativement homogène, mais cette fois-ci vers le bas. Dans ce cadre, à l’instar des évolutions internationales des quinze dernières années (à l’exception notable de 2017), l’UEM et le Japon resteront les lanternes rouges de la croissance mondiale tant en 2018 qu’en 2019 d’ailleurs.

À propos de l'auteur

Articles

Marc Touati est Président Fondateur du cabinet ACDEFI. Depuis 2009, Marc Touati est également un écrivain à succès, avec cinq best-sellers, dont le dernier, sorti en septembre 2016, « La fin d’un monde » (Editions Hugo&Cie). Depuis 2007, il est aussi expert APM (Association Progrès du Management) et dispense ainsi des conférences pour les chefs d’entreprise adhérents à l’APM en France et dans le monde. Depuis 2001, il est maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et dispense des enseignements dans plusieurs Universités et Grandes Ecoles. De juin 1997 à janvier 2007, il a été directeur de la recherche.
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ». La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union. Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges,  …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite