3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

40 ans de Libéralisation financière

Revue  d’Economie  Financière N° 137 – 1er trim 2020 – 372 pages – COLLECTIF

Introduction de Christian de Boissieu et Jean-Paul Pollin

La période de l’après-guerre restera atypique du point de vue des crises financières puisque jusqu’aux années 1970, aucune crise majeure n’est apparue dans les pays développés. Certains y voient la justification d’une vision interventionniste qui s’appellera le keynésianisme …avec des circuits de financements privilégiés, une administration des taux d’intérêts et une réglementation étroite des institutions et des marchés financiers.

Aussi, faire le lien entre cette situation heureuse et la réglementation étroite des systèmes financiers qui avait cours, est tentant. 

D’ailleurs «… comme on aurait pu s’y attendre… » , la libéralisation a fait se succéder des crises financières de plus en plus profondes et répétitives jusqu’à la  crise systémique de 2007-2008.  Si les dangers « … d’une libéralisation débridée… » étaient connus des pouvoirs publics et des Banques Centrales, le besoin de sortir les systèmes financiers des carcans de l’après-guerre était devenu prioritaire, ne serait -ce que par la nécessité de reconstruire des économies détruites par les conflits.

En France, l’une des motivations essentielles de la libéralisation financière tenait à réduire le coût de la dette publique, dont la progression risquait de devenir insupportable. Globalement, ce pari a été largement réussi même s’il doit beaucoup ces dernières années à la faiblesse structurelle des taux d’intérêt… Un autre des objectifs de cette réforme visait à un rééquilibrage favorable aux marchés en améliorant le financement des entreprises trop dépendantes de l’intermédiation de bilan. (confer le  rapport Lagayette).

Si ces réformes marquent le retour d’une certaine idée de la pensée libérale, elles restent majoritairement accompagnées de gains d’efficience pour l’économie, nonobstant les coûts associés aux crises financières qui en relèvent aussi.

Une trop grande foi dans l’autorégulation et la complexité inhérente à la conception des règles encadrant les opérations et les comportements financiers ont entaché cette expérience de libéralisation financière.

« .. Voire une certaine désinvolture au regard des risques qu’elle comportait et qui auraient être prévenus… »

Ce remarquable ouvrage collectif introduit lumineusement par les réflexions des professeurs de Boissieu et Pollin propose d’étudier en cinq chapitres émanant de professionnels et d’experts éminents :

  • la diversité des motivations,
  • la transformation des acteurs,
  • les évolutions du comportement financier des agents non financiers,
  • le retour des crises et nouvelles régulations, 
  • quelles limites à la liberté des mouvements de capitaux;

L’histoire des espérances et des déconvenues qui ont accompagné ce processus, ses motivations, sa mise en œuvre et les leçons qui peuvent en être tirées. 

Un ouvrage précieux pour les professionnels et les étudiants, d’un point de vue historique et économique, particulièrement bien documenté.

À propos de l'auteur

Articles

Président en exercice de la Fédération Nationale des Cadres Dirigeants – FNCD – Centre de Réflexion et de représentation des dirigeants salariés qui fédère les principaux réseaux de dirigeants français. Président du Prix Turgot du meilleur livre d’économie financière. Président de l’Association des élèves et anciens élèves de l’Institut de haute finance. Président d’honneur et fondateur du Cercle Turgot : un think tank sur les sujets économiques, financiers, et de société. Auteur et chroniqueur économique, il est journaliste à Canal Académie, la radio internet de l’Institut de France où il anime plusieurs rubriques de littérature économique (Eclairages, au fil des pages, etc.). Autres chroniques sur Revue Banque, Échanges, Revue des Sciences de Gestion, Finyear, La Tribune, etc.
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ». La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union. Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges,  …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite