3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

Éthique et économie : Comment sauver le libéralisme ?

Sous la direction de Bernard ESAMBERT, Actes de la Fondation 2012-2019, Humensis – 361 pages

Cette turbulente année 2020, avec son cortège de brumes sanitaires s’achève avec cette lueur d’espérance portée par la très remarquable publication des actes de la Fondation «Éthique et Économie».

Organisé sous la direction de Bernard Ésambert sous l’égide de l’Académie des Sciences morales et politiques avec le soutien du Président Bertrand Collomb, ce cycle de conférences tenu à l’Institut a été prolongé par les rapports de (5)  groupes de travail sur les différents aspects du sujet et publié en 2019. L’addition de ces travaux permettait de proposer une réflexion très approfondie (dont les actes ont été rendus disponibles), sur « l’éthique du système d’économie libéral » appelé aussi… capitalisme.                        

Sensibiliser, responsabiliser et faire agir les grands décideurs de la Planète sur ce thème dont moult événements nous rappellent quasi quotidiennement l’actualité douloureuse, est devenu pour l’homme « d’une vie d’influence ».

La richesse de son parcours, qui lui a fait connaitre intimement les pratiques des hautes sphères politiques comme celles de la finance, de la science et des intelligences sous toutes leurs  formes,  lui a sans doute permis de percevoir mieux que quiconque l’urgence de répondre à la contestation qui s’amplifie et à la perte de pertinence et de sens de ce libéralisme qui, par-delà ses effets bénéfiques nourrit les affrontements et détruit « les biens communs »,  ces  ressources  fournies gratuitement par la nature. 

La mondialisation a transformé notre Planète en un champ de bataille sans morale et spiritualité : « …S’il y a bien une mondialisation idéale, celle où le progrès de chacun contribue au progrès de tous …» et, si le libéralisme des temps modernes a fait progresser la satisfaction des besoins vitaux, il a aussi creusé des  écarts majeurs entre la société de consommation qui  déborde de biens matériels et d’images pour les uns, sans procurer le minimum décent pour les autres.  Ce constat lourd de conséquences rejoint en tous points les réflexions d’Adam Smith qui soulignait déjà que :

« .. le libéralisme n’est légitime que s’il est inscrit dans un contexte institutionnel qui respecte la possibilité pour tous d’accéder aux « bonnes choses de la vie »… »

Fort de ce constat et de ses convictions de « grand Sage » et d’humaniste que nous lui connaissons, Bernard Ésambert s’est livré à une critique sévère des dysfonctionnements de l’économie de ce début du XXIe siècle. Dans sa note d’avril 2018, (publiée dans cet ouvrage) il souhaite la création d’un code moral qui «…rende  acceptable son fonctionnement à la majorité des femmes et des hommes, en recréant un peu de  vertu et de grâce dans le système, en répondant aux aspirations et à l’immense désir de justice et de dignité…».

La mondialisation s’est développée plus rapidement que ses nécessaires régulations par trop dispersées et en l’absence d’un code éthique mondial. Aussi propose-t-il en invitant les vingt-deux prestigieux contributeurs à ce cycle, (de Jean Tirole, Pascal Lamy, Michel Camdessus, des économistes et les  représentants des religions monothéistes), comme l’ensemble des personnalités, morales, politiques ou intellectuelles à mettre : «… de l’ordre dans notre image du monde et de ne plus lire l’économie comme une religion sans tables de la loi … ».

Les quinze principaux domaines proposés à ces travaux passent en revue l’ensemble des grandeurs et misères du «système» :  de la justice, première priorité, à la dignité, la fraternité, la solidarité, le travail des enfants, les égalités, le pouvoir et l’éthique dans l’entreprise, mais aussi … la cupidité, la philanthropie, la corruption , les biens , la pauvreté et  l‘environnement- écologie comprise … une légitime et grande ambition.

Mais la pandémie mondiale a retardé les avancées vers la constitution de cette  «assemblée mondiale» que Bernard  Ésambert appelle de ses vœux. Elle   devrait être composée des  représentants des courants éthiques  se  reconnaissant  dans ces principes  du  «vivre  ensemble» et au-delà, elle permettrait l’émergence  d’un libéralisme tempéré qui y  gagnerait  de nouvelles lettres  de noblesse . La publication d’une charte éthique par un groupe de Sages, permettrait sans  doute de «… fabriquer une nouvelle Histoire  du  Capitalisme libéral …»  qui devra beaucoup, pour sa renaissance, à la détermination de Bernard Ésambert.

Une réflexion d’une richesse, intellectuelle, éthique morale… rare. Immanquable pour tous publics.

Bernard Ésambert – Une vie  d’influence –  Flammarion  Prix saint  Simon 2013 – Proche collaborateur du Président Pompidou, dirigeant d’une prestigieuse Compagnie financière, ancien Président de Polytechnique et de l’Institut Pasteur, Président de nombreuses organisations caritatives (recherche sur le   cerveau, l’épilepsie, Légion d’honneur, l’institut Georges Pompidou etc..)  – auteur d’ouvrages qui ont fait date, est reconnu par ses pairs comme l’une des grandes références morales et intellectuelles contemporaines.

À propos de l'auteur

Articles

Président en exercice de la Fédération Nationale des Cadres Dirigeants – FNCD – Centre de Réflexion et de représentation des dirigeants salariés qui fédère les principaux réseaux de dirigeants français. Président du Prix Turgot du meilleur livre d’économie financière. Président de l’Association des élèves et anciens élèves de l’Institut de haute finance. Président d’honneur et fondateur du Cercle Turgot : un think tank sur les sujets économiques, financiers, et de société. Auteur et chroniqueur économique, il est journaliste à Canal Académie, la radio internet de l’Institut de France où il anime plusieurs rubriques de littérature économique (Eclairages, au fil des pages, etc.). Autres chroniques sur Revue Banque, Échanges, Revue des Sciences de Gestion, Finyear, La Tribune, etc.
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ». La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union. Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges,  …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite