3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

La “fin de l’histoire” inversée ?

«  La fin de l’Histoire et du dernier homme »*, prophétisée à la fin du XXe siècle, par Francis FUKUYAMA, en conséquence de la chute du monde (et du mur) communiste, devait se traduire par la victoire définitive du Libéralisme sur les idéologies concurrentes, aux plans économique et politique.

L’idéal  de la  démocratie libérale s’installait comme «horizon indépassable» de l’humanité.  Certes, ce  triomphalisme, bien compris, ne pouvait prétendre éliminer tous les  conflits et les troubles planétaires mais, avec les progrès exponentiels de la science, on pouvait rêver d’évacuer peu à peu le  solde des contradictions fondamentales des sociétés humaines. 

Cet essai-bestseller restera à juste titre comme l’un des plus brillants de cette période.

Mais, dans sa «solitude de coureur de fond», le philosophe et économiste n’avait pas complètement intégré à quel point ce monopole idéologique pouvait engendrer des détestations sociales contre un capitalisme, par trop déjà élitiste, et soupçonné de maximiser les inégalités de  tous types. Le paroxysme de la rapide dégradation endogène qui se fit jour, se traduisit par les procès en sorcellerie fortement médiatisés, contre le «néolibéralisme » qui, outre ses tendances mondialistes, avait pour tare principale originelle de contester les vertus du modèle de l’État-Providence.

Les  crises planétaires répétitives qui firent vaciller le système monétaire et financier et notamment  celle des Subprimes de 2008 instillèrent le doute sur la solidité et la soutenabilité à terme du modèle libéral.

D’autant plus que d’autres formes de capitalismes se firent jour, déjouant toutes les prévisions des Cassandre et prospérèrent au-delà de l’imaginable : 

– La Chine qui installa son modèle de «capitalisme totalitaire»  sur un couple prétendument contre  nature  d’un parti unique et d’une économie de marché, s’est accaparée des parts de marché mondiales dans tous les compartiments économiques y compris la Recherche, la défense, le numérique, la santé y compris la conquête spatiale, au point de concurrencer à horizon palpable le leadership du PIB des USA.

– De même, les  autres formes de démocratie du capitalisme, dites «autoritaires»  comme celle de la cité-État de Singapour, ou « illibérales » voire en Europe (Hongrie, Pologne) ou bien qui apparaissent  dans  des  États d’Amérique du Sud (confère le Brésil de Jair Bolsonaro), s’ajoutent pour cannibaliser le modèle classique et menacer sa prédominance  (même si on considère que dans l’histoire, il n’y a jamais eu de  cohabitation durable entre totalitarisme (qui finit par s’effondrer) et économie ouverte …

Mais, le véritable coup de  grâce, qui pourrait avoir été donné à la «fin de l’histoire» chère à   Fukuyama, c’est peut-être le Covid qui vient de le porter en re-légitimant l’État comme «dernier recours » face à une pandémie mondiale et l’ effondrement économique et social. La théorie  du  « quoiqu’il en coûte»  et les politiques non conventionnelles généralisées, monétaires, budgétaires, financières, les  rachats des  dettes publiques par (in fine), les  Banques centrales,  ont brutalement  transformé les économies des  États les plus avancées en économie dirigée voire planifiée comme au bon temps  du Gosplan.

La France se distingue dans cette évolution atteignant 62% du Pib en dépenses publiques et le  sommet du hit-parade pour les prélèvements obligatoires. La planification retrouve  au sein de  l’  Europe ses lettres de noblesse et en France qui navigue allègrement vers 10%  de déficit budgétaire  et 120%  de dettes publiques sur Pib, on  s’est doté (comme référence historique sans  doute ), d‘un commissaire au Plan installé au cœur du dispositif  de l’exécutif.

Là , dans notre douce France, moins que nulle part ailleurs, il n’est plus de bon ton  de stigmatiser un État que les libéraux avaient identifié comme LE problème mais plutôt et plus que jamais de voir la puissance publique (accompagnée d’ une nouvelle Planification)  comme LA solution à  toutes nos  difficultés.  

Le nouveau monde qui semble se dessiner serait-il donc sur le point d’inverser la fin  de l’histoire   telle que l’avait imaginée Fukuyama ?  et d’installer partout  sur la planète une  nouvelle logique collectiviste composée d’un  ÉTAT omni-dominant, redistributeur en maître, et  d’une économie  administrée, encadrée par  une planification méticuleuse ?                                                                         

Certes entre l’approche  «socialiste» de Joe Biden et celle du parti communiste chinois, il  reste une marge… mais c’est tout à fait possible : l’ exemple du modèle des pays nordiques le démontre  à l’évidence. 

Mais il faudra alors aussi en payer le prix, en  inversant le  sens de la sage devise  qu’avait portée  Turgot et qui  deviendrait alors, pour le  grand malheur des libéraux :

  « … Égalité autant  que nécessaire, liberté autant que possible… »    

 Le  choc culturel qui en résulterait ne pourrait qu’alimenter celui  des civilisations qui est en cours.

* Francis  FUKUYAMA  – « La fin de l’histoire et  du dernier homme » – Flammarion 1992

À propos de l'auteur

Articles

Président en exercice de la Fédération Nationale des Cadres Dirigeants – FNCD – Centre de Réflexion et de représentation des dirigeants salariés qui fédère les principaux réseaux de dirigeants français. Président du Prix Turgot du meilleur livre d’économie financière. Président de l’Association des élèves et anciens élèves de l’Institut de haute finance. Président d’honneur et fondateur du Cercle Turgot : un think tank sur les sujets économiques, financiers, et de société. Auteur et chroniqueur économique, il est journaliste à Canal Académie, la radio internet de l’Institut de France où il anime plusieurs rubriques de littérature économique (Eclairages, au fil des pages, etc.). Autres chroniques sur Revue Banque, Échanges, Revue des Sciences de Gestion, Finyear, La Tribune, etc.
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ». La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union. Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges,  …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite