3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

La guerre du gaz en Méditerranée – Géopolitique du partage de la mer

Par Jean-Pierre ESTIVAL –  L’Harmattan  – 264 pages

Aucune nation ne peut se passer de gaz naturel.

Sur ce besoin universel où se rencontrent rareté et appétit de consommation insatiable, l’économie et l’écologie se rencontrent, se confrontent, en portant en elles d’inéluctables contradictions entre visions de court et le long terme. Il en résulte des tensions permanentes dont l’actualité se fait régulièrement l’écho. :

Les pays défavorisés du Levant veulent augmenter leurs maigres ressources en  s’appropriant entre autres le maximum de richesses gazières off-shore, ce qui entraine, pour leur partage, des conflits entre États voisins : la Grèce et la Turquie  sont en état de guerre larvée, Israël et le Liban  n’ont plus de relations diplomatiques  et Chypre s’est vue imposer un ETAT Chypriote indépendant.. 

L’Égypte appuyée par l’Arabie saoudite et les Émirats Arabes s’oppose de  toutes ses forces à l’hégémonie turque qui profite de son coté du soutien financier du Quatar .                                                                                                   L’épicentre de ce jeu géopolitique du partage de la mer et du gaz en méditerranée se situe bien évidemment en Turquie et dans les pensées du Président Recep Tayyip Erdogan, « véritable Talleyrand des affaires internationales », étendant sa toile sur tout l’Orient, jouant de façon assumée la Russie contre l’Amérique et réciproquement, avec le risque pour l’Europe  d’apparaître in fine comme le grand dupe de cette « guerre tiède »….. 

Dans ce nouvel essai, très documenté, Jean-Pierre Estival, devenu spécialiste reconnu de ces aspects géopolitiques, propose une analyse lumineuse de ces grandes manœuvres. L’auteur souligne particulièrement la volonté de la Turquie d’anéantir le projet de gazoduc Eastmed, envisageant même de proposer la paix à Israël en lui proposant une autre liaison, plus rentable, en même temps qu’un pacte anti-Iran !

Erdogan ne craint pas non plus de se rapprocher de l’Arabie saoudite en l’aidant au Yémen.  Du coup, la Syrie revendique aussi sa part du gâteau gazier  dont on peut craindre l’usage qu’elle en  ferait. C’est tout dire de la détermination du Président turc et du peu de cas qu’il fait de la puissance européenne, en lui opposant son autonomie stratégique. 

L’UE et l’OTAN ont donc capitulé face à « l’empire turc nouveau ». Dans ce contexte, la Russie risquant par ailleurs de devenir un acteur énergétique majeur au Levant, les tensions dont la Turquie est globalement à l’origine, ne peuvent que s’amplifier et, la guerre, hier froide, devenue tiède, pourrait dégénérer à nouveau et embraser tout l’Orient.

Le grand mérite de Jean pierre Estival est de lever courageusement le voile sur ces manœuvres et ces conflits dits « gelés » pour lesquels hélas aucune solution ne parait se faire jour, montrant que dans les faits se dessine un nouvel ordre mondial proche de l’ancien ordre colonial… sauf que les puissances coloniales ne sont plus les mêmes qu’avant.

Très instructif… pour tous publics.

Jean-Pierre ESTIVAL, politologue et économiste, docteur d’État, diplômé de plusieurs écoles européennes. Auteur de nombreux ouvrages, spécialiste des  ex-pays PECO. Nominé pour le prix Turgot 2019.

À propos de l'auteur

Articles

Président en exercice de la Fédération Nationale des Cadres Dirigeants – FNCD – Centre de Réflexion et de représentation des dirigeants salariés qui fédère les principaux réseaux de dirigeants français. Président du Prix Turgot du meilleur livre d’économie financière. Président de l’Association des élèves et anciens élèves de l’Institut de haute finance. Président d’honneur et fondateur du Cercle Turgot : un think tank sur les sujets économiques, financiers, et de société. Auteur et chroniqueur économique, il est journaliste à Canal Académie, la radio internet de l’Institut de France où il anime plusieurs rubriques de littérature économique (Eclairages, au fil des pages, etc.). Autres chroniques sur Revue Banque, Échanges, Revue des Sciences de Gestion, Finyear, La Tribune, etc.
Publications associées
Point de vue des économistes

Islamogauchisme, Populisme et nouveau clivage Droite-Gauche

Par Philippe FABRY et Leo PORTAL – VA Éditions – 189 pages Il n’est pas nécessaire de souligner outre mesure l’actualité du sujet de ce nouvel essai : les débats médiatico-politiques qui prolifèrent en la matière s’en sont largement chargés, tout en restant le plus souvent en surface de la réflexion que devrait appeler ce « phénomène politique ».  Aussi l’un des grands mérites de ce duo d’auteurs, historiens et experts reconnus de ces domaines est de proposer un décryptage original de ces tendances qu’illustrent entre autres, le trumpisme, la sécession des élites, l’islamisme, l’indigénisme, la woke-culture, etc…  L’Islamogauchisme, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

L'avenir de l'intermédiation financière

Revue d’économie financière – AEF n° 142 – 2ème trimestre 2021 – Coordonnée par Jézabel COUPPEY-SOUBEYRAN et Vivien LÉVY-GARBOUA La stabilité du système financier international, comme l’intermédiation financière elle-même sont confrontées depuis 2008 à des tensions inédites :    la répétition de crises majeures, les effets contradictoires des normes prudentielles qui laissent en pratique prospérer le « shadow banking » etc.. Pour maintenir la confiance face à ces transformations disruptives, les  régulateurs ont dû innover, s’éloignant d’une intermédiation centrée sur les  grands établissements dont le modèle de banque universelle parait révolu, en progressant vers des modèles plus décentralisés. Mais comme le notent les auteurs de ce nouveau brillant collectif : « … …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Mythe ou réalité de la souveraineté française

Favoriser le retour d’une autonomie stratégique pour notre pays au sein de l’OTAN ou de l’UE reste un objectif assez diversement partagé par la classe Politique. Mais l’évolution du contexte budgétaire de l’État, aggravé par  la crise liée aux conséquences de la Covid 19, détermine une pesanteur venant contrarier de plus en plus fortement les capacités à voir reconnues comme réalistes nos ambitions. L’examen par le Sénat du projet de budget pour 2021 ne peut qu’interpeller en ce qu’il est écrit dans le Tome 1 du Rapport Général de la Commission des Finances au sujet des principaux équilibres (ou déséquilibres) que « l’Etat se finance désormais autant par l’endettement que par l’impôt ». …
En savoir plus, lire la suite