3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

La guerre du gaz en Méditerranée – Géopolitique du partage de la mer

Par Jean-Pierre ESTIVAL –  L’Harmattan  – 264 pages

Aucune nation ne peut se passer de gaz naturel.

Sur ce besoin universel où se rencontrent rareté et appétit de consommation insatiable, l’économie et l’écologie se rencontrent, se confrontent, en portant en elles d’inéluctables contradictions entre visions de court et le long terme. Il en résulte des tensions permanentes dont l’actualité se fait régulièrement l’écho. :

Les pays défavorisés du Levant veulent augmenter leurs maigres ressources en  s’appropriant entre autres le maximum de richesses gazières off-shore, ce qui entraine, pour leur partage, des conflits entre États voisins : la Grèce et la Turquie  sont en état de guerre larvée, Israël et le Liban  n’ont plus de relations diplomatiques  et Chypre s’est vue imposer un ETAT Chypriote indépendant.. 

L’Égypte appuyée par l’Arabie saoudite et les Émirats Arabes s’oppose de  toutes ses forces à l’hégémonie turque qui profite de son coté du soutien financier du Quatar .                                                                                                   L’épicentre de ce jeu géopolitique du partage de la mer et du gaz en méditerranée se situe bien évidemment en Turquie et dans les pensées du Président Recep Tayyip Erdogan, « véritable Talleyrand des affaires internationales », étendant sa toile sur tout l’Orient, jouant de façon assumée la Russie contre l’Amérique et réciproquement, avec le risque pour l’Europe  d’apparaître in fine comme le grand dupe de cette « guerre tiède »….. 

Dans ce nouvel essai, très documenté, Jean-Pierre Estival, devenu spécialiste reconnu de ces aspects géopolitiques, propose une analyse lumineuse de ces grandes manœuvres. L’auteur souligne particulièrement la volonté de la Turquie d’anéantir le projet de gazoduc Eastmed, envisageant même de proposer la paix à Israël en lui proposant une autre liaison, plus rentable, en même temps qu’un pacte anti-Iran !

Erdogan ne craint pas non plus de se rapprocher de l’Arabie saoudite en l’aidant au Yémen.  Du coup, la Syrie revendique aussi sa part du gâteau gazier  dont on peut craindre l’usage qu’elle en  ferait. C’est tout dire de la détermination du Président turc et du peu de cas qu’il fait de la puissance européenne, en lui opposant son autonomie stratégique. 

L’UE et l’OTAN ont donc capitulé face à « l’empire turc nouveau ». Dans ce contexte, la Russie risquant par ailleurs de devenir un acteur énergétique majeur au Levant, les tensions dont la Turquie est globalement à l’origine, ne peuvent que s’amplifier et, la guerre, hier froide, devenue tiède, pourrait dégénérer à nouveau et embraser tout l’Orient.

Le grand mérite de Jean pierre Estival est de lever courageusement le voile sur ces manœuvres et ces conflits dits « gelés » pour lesquels hélas aucune solution ne parait se faire jour, montrant que dans les faits se dessine un nouvel ordre mondial proche de l’ancien ordre colonial… sauf que les puissances coloniales ne sont plus les mêmes qu’avant.

Très instructif… pour tous publics.

Jean-Pierre ESTIVAL, politologue et économiste, docteur d’État, diplômé de plusieurs écoles européennes. Auteur de nombreux ouvrages, spécialiste des  ex-pays PECO. Nominé pour le prix Turgot 2019.

À propos de l'auteur

Articles

Président en exercice de la Fédération Nationale des Cadres Dirigeants – FNCD – Centre de Réflexion et de représentation des dirigeants salariés qui fédère les principaux réseaux de dirigeants français. Président du Prix Turgot du meilleur livre d’économie financière. Président de l’Association des élèves et anciens élèves de l’Institut de haute finance. Président d’honneur et fondateur du Cercle Turgot : un think tank sur les sujets économiques, financiers, et de société. Auteur et chroniqueur économique, il est journaliste à Canal Académie, la radio internet de l’Institut de France où il anime plusieurs rubriques de littérature économique (Eclairages, au fil des pages, etc.). Autres chroniques sur Revue Banque, Échanges, Revue des Sciences de Gestion, Finyear, La Tribune, etc.
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ». La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union. Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges,  …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite