3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros

Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ».

La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union.

Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges, fort d’une expérience assez exceptionnelle dans plusieurs pays aux cultures différentes, propose de combler ce vide et d’étudier, dans ce nouvel essai, le fonctionnement de l’Union, sous l’angle religieux.

Dans un style alerte et stimulant, l’auteur apporte ses éclairages sur les tendances qui ont conduit à la fondation de l’Union européenne et notamment sur la place prépondérante prise par l’Église catholique qui au travers du message de Noël 1944 de Pie XII, a impulsé la création des partis démocrates chrétiens.

Le cadre religieux de l’Europe détermine notre façon de vivre, de réfléchir, notre échelle de valeurs. Depuis le Moyen-Âge, l’Église catholique est la principale religion de l’Europe et c’est toujours vrai aujourd’hui :

Sur les 730 millions d’Européens, 53% se déclarent Catholiques (et autres chrétiens), 12% Protestants, 8% Orthodoxes, contre seulement 2% Musulmans et 23% d’athées et agnostiques.

Si des différences quelquefois majeures peuvent exister entre les États membres, comme les traces de la présence du Royaume-Uni, elles ne font pas obstacle au maintien d’un dénominateur commun autour du respect de la dignité humaine, la solidarité, la science, le progrès, hérités de l’Humanisme, de la Renaissance et de la philosophie des « Lumières ». Tandis que le maintien et la transmission d’une foi vivante revient aux instances religieuses, aux théologiens ou simplement aux adeptes.

Ainsi, c’est sous cette influence, et sur ces partis démocrates-chrétiens aidés par les socialistes que s’ est « … trouvée l’énergie de construire l’Union Européenne, une organisation supranationale qui a engrangé 70 années de développement économique et de paix… ». À travers l’histoire très documentée de l’Europe, vue sous l’angle religieux, et au vu de la position des églises sur nombre de points de doctrine, Philippe GUILLAUME nous rappelle que l’Europe abrite : « … une civilisation héritière de Rome et d’Athènes, résultant  d’un métissage culturel unique au monde … une terre de défi, d’aventures  et  …d’avant toutes… » C’est aussi un de ses grands mérites. Un témoignage précieux pour tous publics.

À propos de l'auteur

Articles

Président en exercice de la Fédération Nationale des Cadres Dirigeants – FNCD – Centre de Réflexion et de représentation des dirigeants salariés qui fédère les principaux réseaux de dirigeants français. Président du Prix Turgot du meilleur livre d’économie financière. Président de l’Association des élèves et anciens élèves de l’Institut de haute finance. Président d’honneur et fondateur du Cercle Turgot : un think tank sur les sujets économiques, financiers, et de société. Auteur et chroniqueur économique, il est journaliste à Canal Académie, la radio internet de l’Institut de France où il anime plusieurs rubriques de littérature économique (Eclairages, au fil des pages, etc.). Autres chroniques sur Revue Banque, Échanges, Revue des Sciences de Gestion, Finyear, La Tribune, etc.
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Les algorithmes font-ils la loi ?

Par Aurélie JEAN, l’Observatoire – 221 pages Les algorithmes ont pris place dans le haut du palmarès des peurs montantes, générées par notre « nouvelle société numérique » dans laquelle nous sommes, sans doute, définitivement installés. La crainte d’une perte de contrôle généralisée de nos vies liée à l’intelligence artificielle s’appuie notamment sur une méconnaissance des algorithmes qui rythment nos actes et les séquences de vie  dans leur quasi-totalité  (mobilité, santé, travail, etc. ) . En outre, la difficulté de compréhension, et plus encore  la maîtrise de leurs subtilités ajoutent à la confusion qui touche à leur utilisation et au danger qu’ils sont supposés représenter. …
En savoir plus, lire la suite