3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Point de vue des économistes

La République dominicaine, une économie des Caraïbes ouverte sur le monde

Avec ses 48.320 kilomètres carrés et 10.65 millions d’habitants la République dominicaine a voulu réorienter son économie vers les zones franches et le tourisme après avoir longtemps été centrée sur les exportations agricoles.
1ère destination touristique des Caraïbes, ce secteur d’activités emploie près de 300.000 personnes et représente 6.1% du PIB. Ce chiffre pourrait même atteindre 12% si les activités générées par le tourisme dans les activités des transports, de la construction et du commerce y étaient associées. La République dominicaine bénéficie d’importants transferts de fonds, les fameuses « remesas » des dominicains vivant à l’étranger (près de 2 millions de personnes dont plus de la moitié aux Etats Unis).
Le taux de croissance reste élevé, autour de 6% . Cependant, l’économie dominicaine reste fortement dépendante des Etats-Unis qui absorbent la majeure partie de ses exportations et fournissent la moitié des entrées touristiques. 1er client (49%), 1er fournisseur (41%), les Etats Unis occupent une place de choix, loin devant d’autres pays, client de la République dominicaine : Haiti (14%), le Canada (9%), l’union européenne (7%). Les fournisseurs sont après les Etats Unis, la Chine (12%), le Mexique (6%), le Vénézuéla (5%), Trinidad et Tobago (5%).
L’environnement des affaires s’est amélioré après la crise des années 2000. Le secteur bancaire bénéficie aujourd’hui de bons niveaux de liquidités et de rentabilité. La République dominicaine favorise l’ouverture extérieure de son économie en renforçant ses liens internationaux : entrée en vigueur de l’accord de libre échange DR-CAFTA (Dominican republic- central american free trade agreement ) avec les Etats unis, participation au CARIFORUM, accord de partenariat économique avec l’union européenne (APE) depuis 2008.
La présence de la République dominicaine au sein du Système d’intégration centraméricain (SICA), ouvre à ce pays les marchés le marché centraméricain. Au delà, le Mexique et l’Amérique du sud, par le biais de l’Amérique centrale deviennent plus facilement accessibles. Le Mexique est un des fournisseurs de la République dominicaine (6%) et appartient, comme la Colombie, le Pérou et le Chili, à l’Alliance du Pacifique.
Cet espace peut devenir paradoxalement, une nouvelle frontière économique pour la République dominicaine qui voit la Chine devenir un de ses fournisseurs ( à hauteur de 12%). En développant ses liens avec le Mexique et en s’arrimant à l’Amérique du Sud par la Colombie ou le Chili qui développe une stratégie visant à être un pôle économique et financier attractif en Amérique du sud, la République dominicaine aura consacré un désenclavement en pouvant regarder vers l’Asie-Pacifique d’une part et l’Europe de l’autre.
La scène régionale reste bien naturellement la priorité de ce pays . mais en élargissant ces dernières années, son réseau diplomatique en ouvrant des représentations en Inde, au Qatar, en Egypte, en Russie, en Afrique du sud, la République dominicaine reste attentive à toute opportunité de nouveaux partenariats.
La République dominicaine est membres de l’Organisation internationale de la francophonie. Dans cet espace, la France est un allié. Elle est le 15ème partenaire commercial et 7ème investisseur de la République dominicaine. Celle-ci est pour sa part, le 1er partenaire commercial de la France dans les Caraïbes et son second client après Cuba.
Les relations commerciales ont connu une croissance dans les années 2000 grâce à des opérations d’ampleur : Orange avait racheté un opérateur local , les entreprises Thalès, Alstom, CIM/TSO ont réalisé la 1ère ligne de métro de Saint Domingue renforçant la diffusion du savoir faire technologique français. Poma, Vinci, se snt rapidement implantées. Ce sont plus de 140 sociétés françaises qui sont désormais représentées en République dominicaine avec de nombreuses PME/PMI  dans les services.
Les investissements français concernent principalement la distribution (Carrefour), le tourisme (Accor, Club Méditerranée, Nouvelles frontières), l’industrie (Air liquide ; Arcelor Mittal), les transports (Air France), l’énergie (Schneider, Legrand) la pharmacie (Sanofi-Aventis- et l’immobilier.
Cet environnement favorable, des affaires permet de développer une coopération scientifique et culturelle importante et marquée, notamment, par la promotion de la langue française dont l’enseignement est obligatoire dans les écoles dominicaines. Les cinq alliances françaises accueillent 4500 élèves, le développement de programmes de formation et d’enseignement à distance, notamment en lien avec l’Université Antilles-Guyanne qui a ouvert un master « Français langue étrangère » ,les partenariats universitaires avec l’IEP, l’ENA, les Universités de Savoie, de Pais, d’Aix-Marseille, de Bordeaux, les liens avec la région Guadeloupe créent un tissu dense en faveur de l’apprentissage du français et d’une intégration plus aisée dans l’espace francophone.
Depuis 2009, l’Agence française de développement (AFD) et sa filiale Proparco ont développé leurs opérations et interviennent, sous forme de prêts, pour plus de 300 Millions d’Euros, dans les domaines portant sur la protection et la valorisation des ressources naturelles, l’aménagement territorial et urbain et le soutien au secteur privé.
La République dominicaine s’est engagée dans une stratégie visant à élargir son champ de présence internationale : aux côtés d’une relation privilégiée avec les Etats-Unis, ce pays a renforcé sa position dans les Caraïbes et son environnement régional : Amérique centrale avec le SICA ; Alliance du Pacifique par le biais du SICA et ses relations avec le Mexique, une des principales économies de cet espace commercial dynamique regroupant avec le Mexique, la Colombie, le Pérou et le Chili . A travers cette Alliance, c’est l’espace Asie-pacifique qui s’ouvre tandis que les relations avec l’union européenne permettent un équilibre avec l’hémisphère occidental. Autant dire que la France, l’Union européenne et l’espace francophone ont une place à développer et consolider avec ce pays allié dans la région des Caraïbes.

À propos de l'auteur

Articles

Promoteur et développeur de projets, manager d’équipes industrielles sur le terrain, Pascal Drouhaud est spécialiste de l’Amérique latine. Il est l’auteur de nombreux articles dans les revues spécialisées sur les questions liées au financement du développement et à l’actualité internationale. Il est régulièrement invité sur le réseau média monde France 24 et RFI afin d’apporter un éclairage sur les sujets économiques et sociaux touchant l’Amérique latine et l’Afrique de l’Ouest. Président de l’association LATFRAN (Amérique latine-France) www.latfran.fr
Publications associées
Point de vue des économistes

La Reconquista, la reconquête d'une civilisation perdue

Par le Général Vincent LANATA, Éditions Ovadia – 224 pages Le Général Vincent Lanata, ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air, grande Croix de la légion d’honneur, s’est aussi fait remarquer par ses talents  d’auteur féru d’histoire. En témoignent ses publications les plus récentes, « Trajectoires » (scudo) où il relate les chemins de sa vie extraordinaire à plus d’un titre, et, « les jours de Mai qui ont fait l’histoire de France» (Odile Jacob)  dans lequel il apporte ses éclairages sur cette étrange profusion d’événements historiques émaillant précisément ce « joli mois de Mai ». De là à penser que, …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Religions et Union européenne

Par Philippe GUILLAUME, Authorhouse – 307 pages, 21 euros Partout dans le monde, mais en Europe en particulier, le « Religieux » questionne plus que jamais la laïcité tandis que le radicalisme islamique entretient les peurs du « grand remplacement ». La présence à Bruxelles de représentations officielles de différentes églises auprès de l’Union européenne marque leurs places historiques souvent majeures. L’influence religieuse est un fait incontestable, mais c’est un sujet paradoxalement peu étudié, sans doute laissé pour compte des grandes affaires  géo-stratégiques, économiques et monétaires qui préoccupent l’Union. Le Baron Philippe GUILLAUME, issu d’une vielle lignée de diplomates belges,  …
En savoir plus, lire la suite
Point de vue des économistes

Desprogres revient, ils sont devenus fous !

Il semble que la France soit désormais entrée en dictature : C’est ce qu’on nous dit à longueur de chaînes en continu et c’est incontestable ; d’ailleurs deux experts indépendants, les Présidents Poutine et Xi Ping en sont convenus (ils en rient encore) … Il faut donc, dans l’urgence, apporter une réponse à la hauteur de l’événement et de créer une nouvelle juridiction d’exception, dans le pays de droits de l’Homme : Le haut  tribunal des flagrants délires.  Seront appelés à comparaître celles et ceux dont l’absence manifeste de raison dans leurs  discours, …
En savoir plus, lire la suite