3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Langue française

Euro


Ma boulangère vend son pain de campagne [deux – euros dix centimes]. Elle semble mettre le plus grand soin à ne pas pratiquer la liaison, malgré mes remarques, discrètes il est vrai car son pain est bon. D’où provient cette réticence à ne pas lier ?

Euro fut d’abord un préfixe, en faisant d’ailleurs quelque violence à la langue française. Nous prononçons en effet [Eu – rope] ; euro existe pas en lui-même. Pour que ce préfixe devienne actif en français, à partir des années 1960, il a fallu d’une part la pression de la langue anglaise qui l’avait adopté, d’autre part des modèles préexistants. Notons par exemple qu’un des premières créations fut eurocrate, sur le modèle de bureaucrate et de technocrate. Dès lors la fortune du préfixe euro– fut rapide : d’abord en matière économique eurocrédit, euromarché, eurodollar. Dans le domaine politique ensuite : eurocommunisme, eurodroite, eurostratégie. Il est aujourd’hui un des préfixes les plus vivants de la langue française : je peux créer aisément eurosensibilité, eurotendance, etc.

Toutefois, quand en 1996 euro fut choisi pour désigner la future monnaie unique de l’Union européenne ce préfixe devint un nom. Un euro comme un franc. De nombreux locuteurs restèrent perplexes devant cet objet parlant non identifié : un préfixe devenu substantif. D’autant plus que sur les billets, par neutralité linguistique européenne, euro reste au singulier.  Le considérant avec une certaine distance, beaucoup oublient de pratiquer la liaison : or, on doit dire [trois zeuros], comme [trois zoeufs].

C’était sans doute une phase de transition et d’adaptation. Euro est maintenant intégré à la langue française ; il doit en suivre les règles (liaison, mise au pluriel). L’euroscepticisme, – grammatical -, n’est pas de mise.

À propos de l'auteur

Articles

Universitaire, Bernard Cerquiglini fut professeur aux universités de Paris, Bruxelles et Bâton Rouge. Il est l'auteur d'une douzaine d'ouvrages. Haut-fonctionnaire, il dirigea l'Institut national de la langue française et fut délégué général à la langue française et aux langues de France, puis recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie. Il présente l'émission quotidienne "Merci professeur" sur TV5Monde et est membre de l'Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo).
Publications associées
Langue française

Magouille

Les affaires, bien sûr, et surtout en français, ce n’est pas de la magouille. La conscience en paix, nous pouvons nous intéresser à ce mot. Magouille est bien joli, mais son origine est obscure ; disons qu’elle est vaseuse. Apparaît tout d’abord, et récemment, vers 1930, le verbe magouiller. C’est peut-être une résurgence (bien tardive, on en conviendra) du gaulois marga, qui désignait la boue. Le terme se retrouve dans des formes dialectales, telles que margouiller « patauger » et margouille, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Boycott et boycottage

Refusant obstinément de baisser ses loyers, le grand propriétaire terrien irlandais Charles C. Boycott, à l’automne de 1880, ne se doutait pas que son nom passerait à la postérité et dans la plupart des grandes langues. Il fut en effet mis en quarantaine par ses fermiers, bien résolus à le faire céder. La presse anglaise s’empara de l’affaire, formant le verbe to boycott, qui passa presque aussitôt en français, sous la forme boycotter, ainsi que dans les autres idiomes européens. Le fait traduit bien la montée en puissance du journalisme à la fin du XIXe siècle, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Chômage

À partir du mot grec kauma, « la chaleur », le bas latin a formé le verbe caumare, qui signifiait « se reposer durant une forte chaleur ». Ce verbe a donné l’ancien français chomer, souvent écrit avec deux m, dont on a tiré, à l’aide du suffixe agentif –age, le substantif chômage. Dans l’ancienne langue, le chômage c’est d’abord le fait de ne pas travailler volontairement. Plus précisément, on désigne ainsi la suspension des travaux, …
En savoir plus, lire la suite