3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Langue française

Dispendieux et somptuaire

 

 

Dispendieux se répand comme une traînée de poudre. Pourquoi utilise-t-on un tel adjectif ? Tout simplement parce qu’il fait chic, et semble par sa forme évoquer le luxe : un train de vie dispendieux, des repas, des plaisirs dispendieux. C’est le type même de mot savant, que l’on croit noble et qui est seulement cuistre. On l’a calqué au XVe siècle sur le latin dispendiosus, issu du nom dispendium  « la dépense », dérivé du verbe dispendere « dépenser ». Signifiant « qui occasionne de grands frais », il est synonyme de cher, onéreux, coûteux, voire ruineux, que l’on doit largement lui préférer.

Ce snobisme lexical est d’autant plus regrettable quand il est erroné. Un bon exemple en est l’adjectif somptuaire que l’on entend également beaucoup : une dépense somptuaire. Un tel emploi est un pléonasme.

Car somptuaire et un terme de droit qui signifie « relatif à la dépense luxueuse ». On parle seulement de loi, d’impôts ou de taxes somptuaires. Le terme a été calqué au XVIe siècle sur le latin juridique sumptuaria, de sumptus « la dépense, le frais ». Il s’agit à l’évidence d’une confusion fâcheuse avec somptueux, emprunté au latin sumptuosus, autre dérivé de sumptus. Somptueux signifie « qui résulte de grandes dépenses » : un luxe, un décor, un repas somptueux.

Négligez dispendieux et somptuaire, au profit de coûteux, onéreux, fastueux, luxueux, somptueux, magnifique, splendide, superbe. Vous pourrez, sans craindre le ridicule, varier votre vocabulaire, – à peu de frais.

 

À propos de l'auteur

Articles

Universitaire, Bernard Cerquiglini fut professeur aux universités de Paris, Bruxelles et Bâton Rouge. Il est l'auteur d'une douzaine d'ouvrages. Haut-fonctionnaire, il dirigea l'Institut national de la langue française et fut délégué général à la langue française et aux langues de France, puis recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie. Il présente l'émission quotidienne "Merci professeur" sur TV5Monde et est membre de l'Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo).
Publications associées
Langue française

Boycott et boycottage

Refusant obstinément de baisser ses loyers, le grand propriétaire terrien irlandais Charles C. Boycott, à l’automne de 1880, ne se doutait pas que son nom passerait à la postérité et dans la plupart des grandes langues. Il fut en effet mis en quarantaine par ses fermiers, bien résolus à le faire céder. La presse anglaise s’empara de l’affaire, formant le verbe to boycott, qui passa presque aussitôt en français, sous la forme boycotter, ainsi que dans les autres idiomes européens. Le fait traduit bien la montée en puissance du journalisme à la fin du XIXe siècle, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Chômage

À partir du mot grec kauma, « la chaleur », le bas latin a formé le verbe caumare, qui signifiait « se reposer durant une forte chaleur ». Ce verbe a donné l’ancien français chomer, souvent écrit avec deux m, dont on a tiré, à l’aide du suffixe agentif –age, le substantif chômage. Dans l’ancienne langue, le chômage c’est d’abord le fait de ne pas travailler volontairement. Plus précisément, on désigne ainsi la suspension des travaux, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Confinement et déconfinement

Le latin finis désignait l’extrémité. A l’aide de cum, « avec », le latin avait formé confinium, qui se disait des limites d’un champ. Le français en a tiré confins, généralement employé au pluriel, pour désigner des terres situées à l’extrémité : aux confins de la Chine.  On en a fait le verbe confiner, au sens étymologique de « se trouver à la limité » : le Brésil confine à la France. (Et oui ! la Guyane…). Puis le verbe a pris la signification de « placer dans des limites », …
En savoir plus, lire la suite