3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Langue française

Chômage

À partir du mot grec kauma, « la chaleur », le bas latin a formé le verbe caumare, qui signifiait « se reposer durant une forte chaleur ». Ce verbe a donné l’ancien français chomer, souvent écrit avec deux m, dont on a tiré, à l’aide du suffixe agentif –age, le substantif chômage.

Dans l’ancienne langue, le chômage c’est d’abord le fait de ne pas travailler volontairement. Plus précisément, on désigne ainsi la suspension des travaux, pour des raisons religieuses, le dimanche et les jours de fête. Cette signification est encore perceptible je crois, dans l’expression courante ne pas chômer, au sens de « travailler beaucoup » : « eh bien hier, je n’ai pas chômé ». Et les jours chôméss’opposent toujours, dans la nomenclature officielle, aux jours ouvrés, c’est-à-dire œuvrés.

Pas dérivation, le terme a désigné le fait de « rester improductif », involontairement donc, de par les conditions climatiques ou autres. On parle par exemple du chômage d’un moulin en période de basses eaux.

C’est au XIXe siècle, à la suite de la révolution de 1848, que le terme acquiert son sens moderne, économique et politique. Chômage prend alors le sens de « manque de travail pour quelqu’un qui en a besoin » ; d’où les dérivés chômeur et chômeuse, et les locutions chômage partiel, chômage technique, chômage structurel. Le mot comme la chose sont malheureusement devenus d’usage courant.L’histoire du mot est claire, mais pas sa graphie. Comment expliquer l’accent circonflexe sur la voyelle o ? Je l’ai dit, le terme s’écrivait souvent avec un double m : il entre ainsi, sous la forme chommage, dans la 2e édition du dictionnaire de l’Académie française. Dans la quatrième édition (1762), la Compagnie supprime ce m double et introduit un circonflexe sur l’o. Cet accent marque-t-il la disparition de la consonne ? Traduit-il une prononciation longue / chau-mer / ? On n’en sait rien et l’Académie ne s’est pas expliquée. Elle distribuait beaucoup d’accents circonflexes à l’époque ; on voit qu’elle n’a pas chômé.

À propos de l'auteur

Articles

Universitaire, Bernard Cerquiglini fut professeur aux universités de Paris, Bruxelles et Bâton Rouge. Il est l'auteur d'une douzaine d'ouvrages. Haut-fonctionnaire, il dirigea l'Institut national de la langue française et fut délégué général à la langue française et aux langues de France, puis recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie. Il présente l'émission quotidienne "Merci professeur" sur TV5Monde et est membre de l'Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo).
Publications associées
Langue française

Boycott et boycottage

Refusant obstinément de baisser ses loyers, le grand propriétaire terrien irlandais Charles C. Boycott, à l’automne de 1880, ne se doutait pas que son nom passerait à la postérité et dans la plupart des grandes langues. Il fut en effet mis en quarantaine par ses fermiers, bien résolus à le faire céder. La presse anglaise s’empara de l’affaire, formant le verbe to boycott, qui passa presque aussitôt en français, sous la forme boycotter, ainsi que dans les autres idiomes européens. Le fait traduit bien la montée en puissance du journalisme à la fin du XIXe siècle, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Confinement et déconfinement

Le latin finis désignait l’extrémité. A l’aide de cum, « avec », le latin avait formé confinium, qui se disait des limites d’un champ. Le français en a tiré confins, généralement employé au pluriel, pour désigner des terres situées à l’extrémité : aux confins de la Chine.  On en a fait le verbe confiner, au sens étymologique de « se trouver à la limité » : le Brésil confine à la France. (Et oui ! la Guyane…). Puis le verbe a pris la signification de « placer dans des limites », …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Métier et profession

Métier et profession ne sont pas synonymes. Pour les distinguer, ayons recours à l’étymologie. Métier provient du latin ministerium ; ce mot, dont on connaît par ailleurs le calque savant ministère, désignait le « service ». Être métier en ancien français signifiait « être utile ». Il y a dans métier une notion d’utilité, voire de technicité. N’oublions pas, d’ailleurs, que le terme peut désigner une machine : le métier à tisser.  Le métier est donc une activité, …
En savoir plus, lire la suite