3, place de la Coupole, BP 98
94223 Charenton Cedex, France
Langue française

Boycott et boycottage

Refusant obstinément de baisser ses loyers, le grand propriétaire terrien irlandais Charles C. Boycott, à l’automne de 1880, ne se doutait pas que son nom passerait à la postérité et dans la plupart des grandes langues. Il fut en effet mis en quarantaine par ses fermiers, bien résolus à le faire céder. La presse anglaise s’empara de l’affaire, formant le verbe to boycott, qui passa presque aussitôt en français, sous la forme boycotter, ainsi que dans les autres idiomes européens. Le fait traduit bien la montée en puissance du journalisme à la fin du XIXe siècle, et son efficacité : boycotter devint d’usage courant.

Le terme désigne l’action d’interdire, par une mise en quarantaine (vieux mot français, lié aux quarante jours de carême, puis à l’isolement sanitaire) l’exercice d’une activité industrielle ou commerciale.

Le déverbal issu de boycotter fut d’abord boycottage, conforme aux règles de la morphologie. Toutefois, au cours du XXe siècle, l’anglomanie lui fit nettement préférer boycott.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Je crois percevoir une double tendance :

  • d’une part on semble réserver boycottage à l’opération proprement dite, comme y invite son suffixe agentif, et boycott au procédé. On dira par exemple : « il faut renoncer au boycott, car le boycottage en ce domaine est inefficace » ;
  • d’autre part, de façon plus générale, boycott paraît en recul devant boycottage, senti plus français.

Serait-ce un coup d’arrêt aux anglicismes ? Sans aller jusqu’à cette bonne nouvelle, j’observe depuis plusieurs années une tendance à la francisation qui vise à réduire le caractère d’étrangeté de l’emprunt. Après tout, surbooké est plus français qu’overbooké, et la prononciation / pipol/ (pour people) n’est pas qu’une plaisanterie ; elle est une saine réaction phonologique.

À propos de l'auteur

Articles

Universitaire, Bernard Cerquiglini fut professeur aux universités de Paris, Bruxelles et Bâton Rouge. Il est l'auteur d'une douzaine d'ouvrages. Haut-fonctionnaire, il dirigea l'Institut national de la langue française et fut délégué général à la langue française et aux langues de France, puis recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie. Il présente l'émission quotidienne "Merci professeur" sur TV5Monde et est membre de l'Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo).
Publications associées
Langue française

Magouille

Les affaires, bien sûr, et surtout en français, ce n’est pas de la magouille. La conscience en paix, nous pouvons nous intéresser à ce mot. Magouille est bien joli, mais son origine est obscure ; disons qu’elle est vaseuse. Apparaît tout d’abord, et récemment, vers 1930, le verbe magouiller. C’est peut-être une résurgence (bien tardive, on en conviendra) du gaulois marga, qui désignait la boue. Le terme se retrouve dans des formes dialectales, telles que margouiller « patauger » et margouille, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Chômage

À partir du mot grec kauma, « la chaleur », le bas latin a formé le verbe caumare, qui signifiait « se reposer durant une forte chaleur ». Ce verbe a donné l’ancien français chomer, souvent écrit avec deux m, dont on a tiré, à l’aide du suffixe agentif –age, le substantif chômage. Dans l’ancienne langue, le chômage c’est d’abord le fait de ne pas travailler volontairement. Plus précisément, on désigne ainsi la suspension des travaux, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Confinement et déconfinement

Le latin finis désignait l’extrémité. A l’aide de cum, « avec », le latin avait formé confinium, qui se disait des limites d’un champ. Le français en a tiré confins, généralement employé au pluriel, pour désigner des terres situées à l’extrémité : aux confins de la Chine.  On en a fait le verbe confiner, au sens étymologique de « se trouver à la limité » : le Brésil confine à la France. (Et oui ! la Guyane…). Puis le verbe a pris la signification de « placer dans des limites », …
En savoir plus, lire la suite