Langue française

Le cas échéant

Afin de comprendre l’emploi de la locution figée le cas échéant, il convient de reprendre les choses d’un peu plus haut. Le latin cadere a donné le verbe français choir, d’usage courant dans l’ancienne langue : il signifiait « tomber ». Pratiquement éliminé par ce dernier verbe, il ne subsiste plus qu’à l’infinitif   (elle m’a laissé choir), et surtout en composition.

On connaît le verbe déchoir, qui signifie « tomber dans un statut inférieur » : on peut accepter sans déchoir ;

En savoir plus, lire la suite
Langue française

Exclu et inclus

    Voilà une des singularités de la langue française (rassurons-nous, elle n’en manque pas) : si l’on rapproche exclu et inclus, on doit convenir que c’est le premier qui est anormal. Commençons par inclure. Il provient du latin includere, formé sur claudere, « fermer ». In-claudere c’était donc « fermer à l’intérieur ». Son participe passé était inclusus, qui a donc normalement donné en ancien français inclus. …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Dispendieux et somptuaire

    Dispendieux se répand comme une traînée de poudre. Pourquoi utilise-t-on un tel adjectif ? Tout simplement parce qu’il fait chic, et semble par sa forme évoquer le luxe : un train de vie dispendieux, des repas, des plaisirs dispendieux. C’est le type même de mot savant, que l’on croit noble et qui est seulement cuistre. On l’a calqué au XVe siècle sur le latin dispendiosus, issu du nom dispendium  « la dépense », dérivé du verbe dispendere « dépenser ». …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Francophonie des affaires (suite)

On ne saura assez vanter le Vocabulaire francophone des affaires, préparé et publié conjointement par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (France) et l’Office québécois de la langue française. Téléchargeable sur leurs sites, ce guide montre la vitalité, la précision et la variété du français dans un domaine que l’on croit bien à tort livré à la langue anglaise. Feuilletant la lettre A, on constate l’efficace simplicité de notre langue. Ainsi l’accroche (partie d’une annonce attirant l’attention) vaut bien catching, catchline et autres anglicismes prétendument branchés. …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Coupe sombre, coupe claire

 Le monde des affaires connaît parfois, malheureusement, des coupes sombres, dans les budgets, voire, hélas, dans le personnel. Leur noirceur n’est pas sans inquiéter ; mais sont-elles plus brutales que les coupes claires ? Le mot coupe désigne, entre autres, « l’action d’abattre des arbres dans une forêt » : on pratique une coupe. Si celle-ci est effectuée dans les règles et sur une portion de bois déterminée, c’est une coupe réglée. D’où l’expression mettre en coupe réglée, …
En savoir plus, lire la suite