Langue française

Résilience

Le verbe latin resilire était formé du préfixe re-, « en arrière » et de salire, « sauter ». Il signifiait « sauter en arrière, rebondir ». Resilire eut en français une double postérité.  D’un côté la résiliation, de l’autre la résilience ; ne les confondons pas.
En latin juridique, resilire avait pris le sens de « renoncer ». A la Renaissance, le français des juristes en a fait le verbe résilier, qui signifie « mettre fin à un contrat, une convention ». D’où la résiliation, et l’adjectif 

En savoir plus, lire la suite
Langue française

Conjoncture et conjecture

Ne craignons pas d’être un peu puriste ; à bon escient du moins. Je n’aime pas, mais alors pas du tout, que l’on confonde la conjoncture et la conjecture. Certes les deux mots sont savants, et ils se ressemblent ; mais leur emploi et leur sens n’ont aucun rapport. Dans conjoncture, il y a fondamentalement l’idée de joindre. La conjoncture, c’est au départ la liaison d’événements concomitants, dans une situation donnée. On parle de fatale ou d’heureuse conjoncture ; …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Acquis et acquit

Ne craignons pas d’être un peu puriste ; à bon escient du moins. Je n’aime pas, mais alors pas du tout, que l’on confonde l’acquis (avec s final) et l’acquit (avec t final). Le premier est le participe passé du verbe acquérir, qui signifie « se procurer ». Ce participe passé est vivant depuis le début de la langue : il a acquis une célébrité, il est acquis à la cause royale, etc. Le substantif  …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Dix-sept mille trois cent vingt-deux

Si l’on voulait montrer que la langue française n’est pas toujours un modèle de clarté, on ne saurait mieux choisir que la numérotation. Rappelons, par exemple, que l’on emploie et seulement en dessous de cent, pour les dizaines donc, et seulement avec l’unité ? Vingt et un, mais vingt-deux et cent un. Il en est de même, à l’écrit, pour l’emploi du trait d’union. La règle en est un modèle de complexité : on joint d’un trait d’union les nombres qui sont l’un et l’autre inférieurs à  …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Vive septante !

Curieuse variété de français, que celle de France, censée illustrer (voire dicter) le « bon usage ». Elle utilise tour à tour la numération décimale (par dix : 10, 20, 30, 40, 50, 60), vicésimale  (par vingt : quatre-vingts), et un mélange des deux (soixante-dix, quatre-vingt-dix). L’emploi de la numération vicésimale est dû, pense-t-on, à une influence gauloise : nos « ancêtres les gaulois » comptaient par vingt. Il est de fait que cet usage était des plus fréquents dans l’ancienne langue. En 1260 Saint-Louis fonde un hôpital pour trois cents chevaliers revenus aveugles de la croisade : c’est l’hôpital parisien des Quinze-vingts. …
En savoir plus, lire la suite