Langue française

Confinement et déconfinement

Le latin finis désignait l’extrémité. A l’aide de cum, « avec », le latin avait formé confinium, qui se disait des limites d’un champ.

Le français en a tiré confins, généralement employé au pluriel, pour désigner des terres situées à l’extrémité : aux confins de la Chine. 

On en a fait le verbe confiner, au sens étymologique de « se trouver à la limité » : le Brésil confine à la France. (Et oui ! la Guyane…). Puis le verbe a pris la signification de « placer dans des limites »,

En savoir plus, lire la suite
Langue française

Métier et profession

Métier et profession ne sont pas synonymes. Pour les distinguer, ayons recours à l’étymologie. Métier provient du latin ministerium ; ce mot, dont on connaît par ailleurs le calque savant ministère, désignait le « service ». Être métier en ancien français signifiait « être utile ». Il y a dans métier une notion d’utilité, voire de technicité. N’oublions pas, d’ailleurs, que le terme peut désigner une machine : le métier à tisser.  Le métier est donc une activité, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Dissous, dissoute ; absous, absoute

En fait ils sont trois mousquetaires, trois dérivés du vieux verbe soudre, du latin solvere, qui signifiait « payer, acquitter, délier » (pensons à solvable). Résoudre est le plus simple ; il se conjugue assez normalement. Subjonctif présent : je résolve, passé simple : je résolus ; subjonctif imparfait : je résolusse. Son participe est également régulier : résolu(e).  Mais il s’agit d’un participe refait ; on disait dans l’ancienne langue résous et résoute. …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Affaire

Le mot affaire jouit d’un sémantisme étonnamment vaste ; cela tient sans doute à son étymologie : « ce que l’on a à faire ». Et ce que l’on doit faire, en français, c’est d’abord l’amour. La signification sentimentale du mot affaireest attestée dès le Moyen Âge, époque où le mot est passé à l’anglais, lequel a gardé ce sens : an affair, au singulier, c’est une liaison. Toutefois, au risque de froisser l’orgueil francophone, je dirai que cette valeur amoureuse a pratiquement disparu aujourd’hui, au profit d’une multiplicité d’emplois, …
En savoir plus, lire la suite
Langue française

Finaliser

Ne craignons pas d’être un peu puriste ; à bon escient du moins.  Je n’aime pas, mais alors pas du tout, l’emploi actuel du verbe finaliser : « L’accord a été finalisé », c’est-à-dire qu’il a été bouclé et conclu. Le verbe finaliser est apparu au début du XXe siècle, dans la langue philosophique. Il est formé sur le mot fin, au sens de but. C’est la signification que l’on rencontre dans : parvenir à ses fins, afin que et la fin justifie les moyens. Finaliser signifie donc : « assigner un but ». …
En savoir plus, lire la suite